Jour 713

DSC_5262

Le drapé vert était complètement mouillé et l’emballage des deux boîtes de chocolat tout gondolé !

Hier je suis allée trotter et je ne suis revenue à la maison qu’à 19h30. Mon trottage il est vrai précédait la vraie raison de mon déplacement : aller nourrir papa. Il était en relative bonne forme mais très soucieux d’un barrage policier qui avait entravé le travail du personnel du condo où il habite. Les Pattes était avec moi. Mon mari m’attendait à la maison et avait même commencé la préparation du souper. Nous avons soupé et ensuite manipulé un peu mon bel iPhone 6SPlus pour comprendre un peu comment ça marche. Il est de grand format et de couleur rose. Je pensais trouver l’appareil sans grand intérêt visuel, quand j’ai su qu’il serait rose –mon mari l’a commandé par téléphone–, mais il s’agit en fait d’une belle couleur saumon un peu métallisée. Après la manipulation du téléphone, nous nous sommes installés pour écouter la suite d’un film de guerre qui se déroule au Japon, c’est ce qui fait que dans mes rêves de la nuit dernière il y avait des Asiatiques partout. Après le bout de film –nous ne nous sommes pas encore rendus à la fin–, dodo. Mais avant de monter à l’étage, je me suis mise à quatre pattes sur le plancher de bois franc pour arroser le sapin. J’ai versé une bonne rasade dans la partie creuse du support. Je m’apprêtais à me relever lorsque j’ai constaté que l’eau descendait drôlement vite dans la cavité. Alors j’ai versé un peu plus d’eau, contente d’apaiser la soif intense de notre arbre qui sent si bon. Et encore un peu plus d’eau, jusqu’à ce que la flaque qui se formait sous les branches atteigne mes genoux.
– Mince !, me suis-je dit en me relevant au plus vite à la recherche de serviettes.
J’ai fait en sorte que les serviettes absorbent le dégât et je suis montée me coucher. Je me suis alors rappelé que je n’avais pas dit telle chose à mon mari par rapport à tel événement, et lui du coup m’a dit telle chose par rapport à tel autre événement, et de fil en aiguille nous avons placoté quelques minutes. Puis, dodo.
– Ah ! chéri, ai-je dit en m’installant confortablement, j’ai oublié de te dire que le support du sapin coule, il y a eu un dégât à l’instant mais j’ai fait le nécessaire pour tout essuyer.
– Mes beaux planchers !, s’est exclamé mon mari en s’installant confortablement lui aussi.
Mais en fortillant aussitôt.
– Il doit bien y avoir un autre support pour le sapin dans le rangement du sous-sol ?, a-t-il aussitôt demandé.
– Oui, il y en a un, mais je ne l’ai pas choisi parce qu’il semblait encore plus vieux que celui qui prend l’eau en ce moment…
Fortillements encore, puis :
– Je vais aller voir.
Tout cela pour en venir à ceci : à minuit hier mon mari et moi étions en pleine opération de changement de support de sapin et nous avons réussi à ne pas faire tomber une seule boule !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s