Jour 744

DSC_5173

Les marguerites blanches.

Nous voici revenus à la maison. Je peux donc mettre en ligne la photo de mon plant de marguerites blanches, sur fond de feuilles mortes, celui-là même qui est à l’origine de l’oubli de mon appareil photo dans le garage. Sa forme laisse à désirer, j’en conviens. Je suis allée le voir dehors tout à l’heure, à la noirceur. Mince consolation : sa forme, au terme de notre semaine d’absence, laisse encore plus à désirer.
Denauzier et moi avons tenté, tout à l’heure en soupant autour d’un repas préparé par nous, de nous remémorer la composition des repas que nous avons pris dans les restaurants. Nous y sommes arrivés de peine et de misère. La première nuit a été dormie à la Malbaie. La deuxième à Sept-Îles. La troisième à Matane. La quatrième à Percé. La cinquième à Kamouraska. En fonction des endroits où nous étions, nous avons été capables de nous remémorer les restaurants où nous avons mangé, et les plats que nous y avons choisis.
La journée de ce samedi s’est bien déroulée. À St-Jean-Port-Joli, je n’ai trouvé aucune boutique ouverte dans laquelle j’aurais pu découvrir les sculptures des artisans. Une boutique était ouverte, à côté de l’église, mais on y trouve surtout des bouddhas, des imitations de masques asiatiques et des bâtons d’encens. Nous n’y sommes pas restés deux minutes. Une autre boutique nous a été recommandée par une dame qui habite le village, française d’origine à son accent, une boutique ouverte à l’année, mais fermée au moment où j’ai voulu y entrer. À travers la vitrine, j’en ai été quitte pour regarder sans beaucoup d’intérêt les profils de pêcheurs qui fument la pipe et des barils miniatures destinés à recevoir des cure-dents.
L’aventure de la petite affaire que cherchait mon mari dans les Canadian Tire a eu plus de saveur. D’abord, nous nous sommes perdus en cherchant le magasin de Montmagny parce que nous avons mal interprété les indications que nous a données un passant. Une fois arrivés au magasin après vingt minutes de zigonnage le long de l’autoroute 20, nous nous sommes adressés à un jeune homme, le vendeur, qui ne pouvait pas croire que son magasin vendait cet engin que Denauzier lui montrait –mon mari avait pris la peine d’apporter dans le magasin de Montmagny l’engin acheté au magasin de New Carlisle. Il a fallu que mon mari utilise sa grosse voix pour convaincre le très jeune vendeur d’aller chercher dans une réserve, dans un endroit quelconque, ou sous-sol ou à l’étage, les exemplaires de l’objet en solde pour écoulement définitif. Puisque cet objet n’était pas sur les présentoirs, c’est qu’il ne faisait pas partie de l’inventaire, se bornait à nous répéter le jeune homme. Au terme d’un bon quinze minutes de recherche, ce dernier est revenu, tout souriant, les bras chargés des quinze derniers spécimens. Mon mari en a acheté quatre.
La dernière portion de la journée s’est déroulée en compagnie de Riopelle et Mitchell, au MNBAQ. Sans rien connaître de l’œuvre de Joan Mitchell, sans trop connaître par ailleurs la vie de Riopelle, je suis ressortie de l’exposition avec le sentiment que c’est Mitchell, dans cette relation, qui a le plus souffert, pendant que Riopelle a poursuivi sa création artistique avec aplomb.
– Des deux artistes, ai-je dit à Denauzier au terme de notre visite alors que nous regagnions notre véhicule, Riopelle me semble avoir été le plus à même de continuer sa route sans être à la merci de son émotivité.
J’ai trouvé, m’écoutant parler, que je m’exprimais très bien, mais bien entendu il est fort possible que j’aie tout faux.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s