Jour 750

f4e6e593f3eb7f51241c7a3fec87c925x

Comme je connais de mieux en mieux l’univers des camions depuis que je vis avec Denauzier, je pense pouvoir avancer qu’il s’agit d’un modèle GMC SIERRA, Denali HD. HD, c’est pour Heavy Duty.

Il devient de plus en plus difficile de trouver le temps, l’énergie et la motivation d’écrire mes textes quotidiens. Il se passe trop de choses qui me propulsent dans l’action et m’éloignent de l’introspection. Au nombre de ces choses, je peux nommer mon récent séjour de trois jours à Montréal. Je ne considère pas cependant que j’étais propulsée tant que ça dans l’action puisque, essentiellement, je me suis tenue assise devant mes amis à parler. Soit dans la maison de ces derniers –métro De Castelnau et métro Outremont, soit dans les restaurants –à Laval un soir et rue Bernard le lendemain midi. Entre ces visites heureusement il a bien fallu que je me déplace et à Montréal on obtient les 10000 pas le temps de le dire, alors à chacun de ces trois jours mon bracelet Fitbit a eu l’occasion de vibrer pour me féliciter.
J’ai profité de mon séjour pour régler quelques aspects liés au duplex dont je suis maintenant seule propriétaire, après une petite saga judiciaire qui a duré un an jour pour jour –et coûté, je trouve, pas tellement cher. Ainsi, j’ai rencontré un agent d’assurances. Il a affronté la congestion routière du matin pour venir visiter les logements afin de vérifier qu’ils répondent aux normes de sécurité par rapport au feu. Cela s’est déroulé rapidement et sans histoire.
Mais, surtout, j’ai parlé avec l’entrepreneur, celui qui n’est pas encore venu effectuer les travaux pour le changement des conduites d’eau et d’égout qu’il était censé entamer en septembre, et celui-là même dont le gros camion GMC Denali HD blanc rutilant s’est trouvé, au moment où je mettais le pied dehors, stationné devant la maison.
– Mince !, me suis-je dit à la vue de son véhicule, c’est le moment ou jamais d’aller aux nouvelles.
L’homme n’était pas sympathique la première fois que nous nous sommes rencontrés, fin août.
– Oh ! Hi Lynda !, s’est-il exclamé en interrompant la consultation de son téléphone cellulaire lorsqu’il m’a vue arriver.
Il était assis derrière le volant et comme il faisait beau et doux la vitre de la portière était déjà baissée.
– Hi Robert, ai-je commencé en réalisant que je lui répondais en anglais, et qu’il n’en tenait qu’à moi de passer au français puisque l’homme, italien de naissance, est trilingue. Mais pour faire comme si j’étais bilingue, j’ai poursuivi en anglais.
Robert m’a expliqué que ses hommes en auraient pour une journée de travaux lourds qui nécessitent une grosse machinerie, mais que pour le reste des deux ou trois jours d’ouvrage qu’allaient exiger le changement des infrastructures, cela ne serait pas trop dérangeant pour les locataires. Il a poursuivi en m’expliquant qu’il ne s’agissait pas de travaux d’une grande complexité puisqu’il suffira de changer des old pipes par de new pipes. C’est comme quelqu’un qui se fait opérer pour le cœur, a-t-il ajouté, you know, you remove the old heart and you get a new one. It’s the same.
– C’est exactement ce qui m’est arrivé, ai-je répondu en tirant sur l’encolure de mon t-shirt pour lui montrer ma belle cicatrice.
Je voulais faire de l’esbroufe, j’en conviens. J’ai menti à Robert puisque je n’ai pas reçu un nouveau cœur mais seulement une nouvelle valve mitrale. Or, la tentation s’est avérée trop forte, nettement plus forte que ma raison.
Au moment où j’ai dit « C’est exactement ce qui m’est arrivé », Robert a dirigé son regard vers son cellulaire car un courriel venait d’entrer. Lorsqu’il a relevé son regard et fait correspondre dans ses neurones les mots que je venais de prononcer avec la vision qu’il avait du haut de mon thorax, il n’y a pas de mot qui me vient pour exprimer à quel point il a été surpris.
Dans le fond, je voulais peut-être me venger des plus de 10 000$ que son expertise va me coûter…

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s