Jour 751

7076_thumb

« Reprenons du départ », c’est le titre de la chanson.

Je suis assise autour de l’ilot dans la cuisine d’Emma, tapant à mon ordi, à côté d’elle qui étudie quelque matière compliquée qui requiert des calculs à l’aide du nombre pi.
Nous écoutons de la musique à partir d’une playlist disponible sur la plateforme Google. On peut écouter la musique sur la plateforme sans être obligé de s’abonner, Emma m’a montré comment faire pour les prochaines fois. En ce moment, c’est la chanson The Scientist, de Coldplay, qui joue. Voyez mes références culturelles :
– Diane Tell chante la même tune sur un CD qu’on a acheté autrefois !, me suis-je exclamée.
Je me suis aussitôt revue conduisant sur l’autoroute 13 en été, Emma à mes côtés, et écoutant cette chanson. Emma, avec son cerveau pourtant encore jeune, ne s’en rappelle pas.
J’ai passé l’après-midi avec un ami qui habite le long du Parc Jarry. Dans la première heure de notre rencontre, il a fait référence à un parc et j’ai fini par lui demander de quel parc il s’agissait. Il s’est étonné que je ne l’aie pas remarqué étant donné qu’il ne peut pas être situé plus près de son édifice.
C’est comme hier soir. Je parlais régime alimentaire cétogène avec Emma et sa copine. J’étais assise à la même place qu’actuellement, et de même Emma qui cependant n’étudiait pas. Elle s’est levée au bout d’un moment et a poursuivi la conversation tout en lavant le gros tas de vaisselle qui s’était accumulée sur le comptoir. Ce matin, j’ai constaté avec surprise que le gros tas avait disparu, mais je n’ai aucun souvenir qu’Emma s’en soit occupé hier… Ça commence à m’inquiéter.
La chatonne vient marcher par intermittences sur mon clavier et réclame des caresses en tentant, avec sa tête, de bloquer le mouvement de mes mains qui tapent.
Nous buvons du thé Earl Grey à ma demande parce que, comme d’habitude, je meurs de soif.
Dans l’après-midi, mon ami a voulu prononcer mon nom de famille et n’a pas réussi à le trouver. Visiblement confus, il m’a demandé de lui pardonner ce blanc de mémoire causé, a-t-il dit, par son âge. Ça fait quand même plus de trente ans que nous nous connaissons.
Me rendant ce matin chez cet ami qui habite devant un parc invisible, j’ai constaté que certains commerces de la rue Monkland ont fermé et que d’autres viennent d’ouvrir. J’ai dépassé la SAQ, oubliant que je devais m’y arrêter pour acheter une bouteille de vin blanc. Après quelques secondes cependant j’y ai pensé et je suis revenue sur mes pas. Je ne me souviens pas du nom du vin que j’ai acheté, mais il s’agit d’un Chardonnay produit au Canada. Il ne coûtait ni trop, ni trop peu cher. Pour aller avec les mets vietnamiens délicieux que nous avons mangés, c’était un excellent choix.
Ça me revient tout d’un coup : Emma et moi avons l’habitude de terminer nos soirées en jouant une ou deux parties de Rummy, quand je viens la visiter. Aurons-nous ce plaisir ce soir ?

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s