Jour 781

DSC_0460

Chouchou et papachou, à l’époque des beaux jours.

J’ai passé une bonne partie de l’après-midi avec papa. Il n’a plus qu’un tout petit filet de voix. Je dois tendre l’oreille à quelques pouces de son visage pour comprendre ce qu’il dit. Le regard presque fixe, il parle très lentement, et ne termine pas toutes ses phrases. Voici quelques-unes des phrases qu’il a énoncées pendant que je lui tenais compagnie. D’abord, auprès d’une préposée qui lui versait un peu de coca-cola dans un verre :
– Je voudrais vous faire mes adieux madame, lui a-t-il dit.
– Vous ne voulez quand même pas partir ?, s’est exclamée la dame. Pour aller où ?
– Au ciel, a répondu papa. Enough is enough.
– Je te comprends papa, ai-je répondu.
J’étais assise à côté de lui et je lui tenais la main.
– Bien voyons donc, a répliqué la préposée, nous voulons vous garder avec nous, il ne faut pas vous décourager, et en plus vous allez de mieux en mieux !
La dame est partie et papa m’a dit :
– Ça ne règle pas mon problème.
– Quel problème ?, ai-je demandé, en me doutant bien de la réponse qu’il allait formuler.
– Le problème de m’en aller au ciel. Je ne sais pas comment faire. Voudrais-tu m’amener au lit, je vais faire un petit somme.
De peine et de misère j’ai réussi à l’amener au lit, c’est-à-dire à le soulever pour qu’il quitte son fauteuil roulant, à le tenir pendant qu’il franchissait une distance de cinq ou six pas pour une personne qui marche normalement. Une fois au lit, après quelques contorsions de ma part pour qu’il se retrouve à peu près centré sur le matelas, je suis allée m’asseoir et j’ai commencé à feuilleter une revue, pensant que papa voulait se reposer. Mais il ne semblait pas parti pour se reposer. Les yeux ouverts, il tripotait le bouton à la taille de son pantalon et il essayait d’attraper quelque chose dans les airs au-dessus de la barrière métallique de son lit.
– Que cherches-tu ?, lui ai-je demandé.
– Je me demande si je dois porter mes vêtements à la morgue. Penses-tu que je devrais me changer ?
– Bien, tes vêtements sont propres et il fait chaud dans la chambre. On devrait ne pas se lancer dans le changement de tes vêtements, c’est trop fatigant.
– Je pourrais peut-être attendre une semaine.
– Une semaine avant d’aller au ciel ?
– Oui, a-t-il soufflé très délicatement.
– C’est une bonne idée, ça nous permettrait, les quatre enfants, de venir te voir encore un peu…
– Avez-vous besoin de quelque chose ?, a demandé une autre préposée qui offrait des collations en passant de chambre en chambre.
– Je voudrais lui parler, m’a dit papa.
– Mon père voudrait vous parler, ai-je répété.
La dame s’est avancée.
– Je vous fais mes adieux, madame, je vais partir aujourd’hui.
– Vous pensez ?, a demandé la préposée. Nous vous aimons, nous ne voulons pas que vous partiez.
– Je disais à ma fille que je pourrais attendre une semaine.
– Ce serait mieux, a dit la dame.
– L’homme propose, et Dieu dispose, a conclu papa.
– Donc tu crois en Dieu ?, ai-je demandé, un peu moqueuse, pour alléger l’atmosphère.
Je commençais à avoir mal à la tête car lorsque je pleure j’ai mal à la tête et je pleurais pas mal. Assez rapidement ce fut l’heure de souper. J’ai amené papa à la grande salle où sont servis les repas.
– Je vais revenir demain, ai-je dit en lui embrassant le front.
Je me suis dépêchée de sortir, les sanglots dans la gorge. En mettant le pied dehors, comme ça, tout d’un coup, je me suis mise à entendre dans ma tête le thème du deuxième mouvement de la Symphonie du Nouveau Monde.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s