Jour 804

J’ai rêvé la nuit dernière que je devais prêter des vêtements à une personne qui m’était inconnue. Un événement un peu mondain avait lieu en soirée. J’avais été désignée pour fournir une tenue convenable à cette personne qui, apparemment, n’avait rien d’autre à se mettre sur le dos que des vêtements de sport. Je ressortais donc de ma garde-robe une tenue que j’ai mille fois portée au travail, à savoir une chemise à manches longues et une tunique sans manche, qui arrive à mi-cuisses, qu’on enfile par-dessus la chemise. Je portais cette tenue sur des pantalons cigarettes noirs. L’inconnue, dans mon rêve, probablement dotée de belles et longues et jeunes jambes, n’avait pas besoin des pantalons, d’autant que nous étions en été.
Pour m’assurer que les vêtements que j’avais choisis faisaient l’affaire, je les plaçais à plat sur une table et je prenais le temps de les regarder tout en tentant, de la main, d’en faire disparaître les plis. Je découvrais très vite, avec consternation, qu’ils étaient tachés. Les coutures aux épaules, sur la chemise, étaient couvertes de pigments de couleur ocre. J’entreprenais de les enlever délicatement avec un linge mouillé, tout en sachant que j’étais susceptible de faire un méchant gâchis puisque les pigments, une fois mouillés, allaient répandre de la couleur dans les fibres bien au-delà des coutures. Miraculeusement, je réussissais à enlever les pigments, pour découvrir aussitôt que la tunique était elle aussi tachée. N’ayant pas le courage de m’attaquer aussi à la tunique, je me disais qu’il était préférable, finalement, de tout laver. J’envisageais alors de mettre les vêtements dans l’évier et de les frotter vigoureusement, mais une inquiétude aussitôt m’assaillait : auraient-ils le temps de sécher ? Une mini-pensée me traversait à l’effet que la personne allait peut-être accepter de les porter à moitié séchés, mais la mini-pensée ne faisait pas la route. On prête, ou on ne prête pas, me disais-je, et quand on prête, on prête sec.
Sur cette affirmation définitive, mon regard se portait sur des chaussures, déposées à mes pieds, qui n’attendaient que leur tour de se faire inspecter. Les chaussures, des Hush Puppies en suède de couleur marine, n’allaient pas faire l’affaire non plus tellement elles étaient remplies de sable. La chaussure gauche, de surcroît, était plus large que sa jumelle droite.
Mon rêve emprunte à toutes sortes de petites choses réelles. À la campagne, par exemple, il y a du sable partout. À la campagne, encore, je travaille sur une toile que j’ai couverte de couleurs aux pigments iridescents. J’y ai consacré plusieurs heures, le dos caressé par le soleil, en pleine lumière, au chant des bruants, dimanche dernier. Dans ma vie de retraitée, je ne porte que des vêtements de sport. Dans ma vie de serveuse de restaurant, j’ai porté lesdits Hush Puppies. Dans sa chambre hier, papa a passé plusieurs minutes, instable sur ses jambes faibles, terriblement courbé, tremblant de la tête aux pieds, à aplanir sa couverture en passant et repassant sa main sur un pli récalcitrant.
– Que fais-tu papa ?, ai-je demandé presque en chuchotant pour ne pas le faire sursauter.
– Je cherche un outil pour allonger mon lit, a-t-il répondu en chuchotant aussi.
– Tu trouves que ton lit est trop court ?
– Il lui manque un pied, pas plus, pas moins.
– Donc tu voudrais qu’il soit plus long ?
– C’est seulement parce que je voudrais qu’il soit plus beau.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s