Jour 805

Il est arrivé mille choses, les temps changent et la vie passe, je l’ai écrit récemment.
J’ai publié mon dernier texte le 12 juillet, ça fait 12 jours, j’ai l’impression que ça fait 12 ans. Ça ne peut pas faire 12 ans, mon corps et mon esprit le savent, c’est juste une manière imagée d’exprimer qu’il s’est passé tant de choses. Si mon corps comptait 12 ans de plus, de toute façon, il exprimerait haut et fort qu’il n’est plus le corps de maintenant qui ne porte pas encore ces 12 ans. Autrement dit, les temps changent et la vie passe et il arrive un moment où le corps, le coquin, ne peut plus tenir le coup, et cela, sachant papa si affaibli, me préoccupe beaucoup.
Ce que je retiens de mon voyage au Témiscamingue, c’est que je n’ai jamais tant mangé de ma vie. De l’omelette aux légumes le matin, accompagnée de longues tranches de pain miche grillées sur le BBQ, nappées de caramel fait maison et autres friandises, du fromage, des tranches de jambon, du yaourt, des céréales granola dans le yaourt, du café bien entendu. On n’était pas installés dans la chaloupe pour entamer l’aventure de la pêche du jour que ma bouche appelait quelque manière d’être comblée. J’y suis allée pour des cerises, un sac complet qui coûte plus de 10$ par les temps qui courent dans les marchés d’alimentation. En exerçant une mini pression des lèvres, je lançais ensuite les noyaux dans l’eau.
Vers midi, toujours dans la chaloupe, on buvait une bière, et pour attendre le repas du milieu du jour qu’on allait prendre vers 14 heures sur une des plages sauvages du lac du Fils, nous patientions avec des croustilles. Pour ne pas faire comme l’an dernier, je m’efforçais de ne pas vider le sac. Arrivés à la plage sauvage, nous devions descendre de nos chaloupes l’équipement nécessaire à la cuisson du poisson fraîchement pêché et fileté. Nous étions sept à participer à la corvée, en agrémentant l’expérience d’un bout de brocoli ou de chou-fleur couvert de trempette, qu’un membre du groupe s’empressait de mettre à la portée de tous, sur une roche. Puis, au soleil, dans nos chaises de plage, une coupe en plastique de vin blanc calée dans le porte-verre de l’accoudoir, nous savourions une portion généreuse de doré, des oignons sautés au beurre et, pour ceux qui aiment ça mais ce n’est pas mon cas, de la salsa.
Même si l’eau était plus froide que l’an dernier parce que le soleil n’a pas été tant que ça au rendez-vous en mai et juin, il fallait ensuite, après un roupillon pris assis dans nos chaises de plage, envisager de nous laver en utilisant un savon environnementalement ami de la faune et de la flore aquatiques. Après la saucette, on revenait dans nos chaises nous faire chauffer par le soleil. La chair de poule ne durait pas au-delà d’une minute tellement le soleil était ardent. On repoussait de la main la mouche à chevreuil qui s’obstinait à nous tourner autour des oreilles, ou du pied la fourmi qui nous montait sur le mollet. Et on se disait qu’il était temps, déjà 16 heures, de repartir pêcher.
On pêchait jusqu’à 20 heures, en récoltant davantage de spécimens dans la dernière heure que dans tout le restant de la journée. Arrivés sur la terre ferme au camp de notre ami, entouré le camp de nos tentes, nous nous affairions à la préparation du souper que nous prenions vers 22 heures dans un abri moustiquaire, partiellement à l’abri des bibittes. Nous nous glissions ensuite dans nos sacs de couchage humides, le bedaine remplie. Nous dormions comme des loirs. Je n’ai pas grossi d’une once.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s