Jour 808

product_9782070197248_195x320Mon livre est arrivé à la librairie Martin, Lettres pour Anne, de François Mitterrand.
– Vous avez trois semaines pour venir le chercher, m’a dit la jeune fille au téléphone.
Heureusement que je dispose de tout ce temps car je ne sais pas quand est-ce que je serai en mesure de me rendre à Joliette. Nous partons demain au Témiscamingue pour un long week-end de pêche –c’est loin en titi, dix heures de route–, qui sera suivi de quelques jours en Abitibi chez les fils de Denauzier, et de plusieurs jours au retour au lac Miroir…
Écrivant ces lignes, il me vient une idée géniale : je vais demander à Bibi, qui habite à Joliette, d’aller chercher le livre, comme ça elle pourra le lire avant de me le donner. Si elle désire comme moi faire de l’exercice, elle pourra aller le chercher à pied. Cela représente une petite trotte d’une heure à partir de l’endroit où elle habite. Je ne sais pas si Bibi s’intéressera à l’univers intime de Mitterrand. Nous n’avons pas les mêmes goûts littéraires. Elle a adoré Le nid de pierres de Tristan Malavoy que j’ai trouvé pour ma part trop aseptisé dans le ton des dialogues; elle a adoré à l’époque Homme invisible à sa fenêtre de Monique Proulx que j’ai presque détesté à cause de la dureté qui s’en dégageait qui me semblait gratuite…
Fitbit : je ne le porterai pas pendant mes vacances car dans une chaloupe on marche très peu. Pour lui fermer la trappe ce matin, car il m’envoie régulièrement des messages à l’effet qu’il est temps d’aller marcher un peu, je me suis défoulée sur le tapis exerciseur, cumulant 8 800 pas en une heure. Ainsi marchant et suant, j’ai regardé la deuxième moitié d’un film comme j’aime les regarder, c’est-à-dire sans le support sonore.
Support sonore : j’ai lancé tout un cri hier quand j’ai aperçu une souris de rien du tout dans la cuisine, Denauzier, qui n’a pas vu venir le cri, a failli faire une crise cardiaque. La pauvre petite, elle a fini, ou est peut-être à l’heure actuelle en train de finir sa vie, si la mort n’a pas été instantanée, dans le sac géant situé dans le garage où aboutissent les rejets de l’aspirateur central.
– La prochaine fois que je vois une souris, ai-je avancé ce matin à mon mari, pas du tout sûre de moi, je pourrais essayer de la prendre par la queue et de la lancer dehors ?
Mon mari n’a pas répondu.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s