Jour 900

Je me rappelle avoir fait mon premier plein d’essence à Montréal, angle Côte-des-neiges et Édouard-Montpetit, j’étais dans le début de la trentaine. J’ai obtenu mon permis de conduire assez jeune, au début de ma vingtaine alors que j’habitais Limoilou, mais j’avais rarement accès à un véhicule à cette époque-là. La voiture qui a reçu mon premier plein était notre voiture familiale, une Altima de Nissan couleur bleu acier, dans laquelle les deux fils de Jacques-Yvan avaient de la difficulté à se glisser, chacun de leur côté du gros siège d’Emmanuelle qui occupait le milieu de la banquette arrière. Cette fois-là du premier plein, j’étais accompagnée d’un collègue de l’université que je connaissais à peine. J’étais catastrophée à l’idée de faire le plein en sa présence, il faut donc comprendre que j’y étais obligée. Ça faisait peut-être trois fois que l’avertisseur clignotait au tableau de bord ? Je ne m’en rappelle plus. Pour ne pas me perdre en détails inutiles, disons que j’avais péniblement réussi mon défi, dans un état de nervosité mal dissimulée qui m’avait fait rire forcé tout le temps de l’opération, et même après.
Question : pourquoi procéder au remplissage d’un réservoir à essence constituait-il alors un si gros défi ? Autre question : pourquoi procéder au remplissage d’un réservoir à essence constitue-t-il encore, vingt-cinq ans plus tard, à l’occasion, un si gros défi ?
Est-ce que cela pourrait être en lien avec le fait que je n’ai pas le sens de l’orientation ? Que je me situe de moins en moins bien dans l’espace ? Que je mélange la droite et la gauche depuis toujours, mais encore plus en vieillissant ? Que j’interprète à l’envers du sens commun les signes universels que tout le monde semble décoder du premier coup d’œil ?
Sur ma voiture Sonic, l’icône qui représente le réservoir à essence, sur le tableau de bord, est accompagnée d’une flèche qui pointe vers la droite. Ça veut dire que la petite porte qui donne accès au réservoir de mon véhicule est située à l’arrière, à droite. Hier, à la station d’essence de St-Félix-de-Valois où j’étais, j’ai interprété, regardant la flèche sur mon tableau de bord, que je devais arrêter ma voiture devant la pompe qui se trouvait à ma droite. Or, à ma droite, il n’y avait pas de pompe, il y avait la rue.
– Ça doit vouloir dire, me suis-je dit tout fort parce que dans ces moments d’incompréhension je me parle tout fort toute seule–, que je dois aller de l’autre côté, vers la station de service.
Bénéficiant d’un espace vacant devant moi, j’ai avancé et tourné ma voiture pour me rendre de l’autre côté, à une des deux pompes qui se situaient à ma gauche quand j’étais encore à droite. Faisant cela, j’ai constaté, en sortant faire le plein, que ma petite porte arrière était bien entendu du mauvais bord. Il m’a fallu étudier la situation pour conclure que si je m’avançais jusqu’à l’endroit où je m’étais initialement arrêtée, mais que je m’y avançais à reculons, s’il est permis de comprendre ce que je veux dire, je serais bien placée pour procéder au plein. Je suis donc retournée dans mon véhicule, j’ai contourné la voiture qui était devant, en faisant comme si le propriétaire ne me regardait pas d’un drôle d’air, et je suis allée me placer comme je viens de l’expliquer pour ceux qui auraient un peu compris. J’ai eu à me reprendre dans mes manœuvres arrière parce que je me dirigeais dangereusement vers le propriétaire qui me regardait encore plus d’un drôle d’air, mais finalement j’y suis arrivée. Je suis sortie, j’ai ouvert la petite porte, j’ai dévissé le bouchon qui est derrière la petite porte, j’ai sélectionné l’essence régulière du bout du pistolet que je tenais d’une main, et enfoncé ensuite ce pistolet dans le réservoir.
– Incroyable que j’y sois arrivée, me suis-je dit en moi-même. Fiou ! Au moins, ça ne me bouleverse pas autant qu’avant, ai-je ajouté pour m’encourager.
– Madame !, ai-je alors entendu.
Je n’ai pas fait attention parce qu’entretemps d’autres clients étaient arrivés pour faire le plein.
– Madame !, ai-je entendu à nouveau, me doutant que, contre toute attente, c’est à moi qu’on s’adressait.
Avant de me tourner vers la voix qui m’appelait, j’ai tenté de trouver ce qui n’allait pas, et j’ai réussi : je tenais le pistolet réservé au diesel. C’est donc pour ça que l’essence tardait tant à sortir ! J’ai changé de pistolet tout en adressant mon plus beau sourire à l’âme charitable qui m’était venue en aide. Et je n’ai pas osé diriger mon regard vers le propriétaire toujours debout à côté de sa voiture qui s’était mis à me regarder de plus belle.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Jour 900

  1. Même après tant d’années, je suis toujours un peu anxieux quand je suis dans l’obligation de faire le plein d’essence. Ma conjointe et moi avons élaboré au fil du temps de nombreuses tactiques ou faux-fuyants pour déterminer sur qui retombera la fatidique tâche. Je perds de plus en plus souvent. Le nombre de bouchons que j’ai laissé sur place….Maintenant que ceux-ci sont attachés, le problème s’est déplacé. Combien de fois je fus intrigué par le comportement des autres automobilistes qui gesticulaient à mon endroit ? Je ne les compte plus. Pourtant, la raison est toujours la même. C’est que, après le plein d’essence terminé, je range précautionneusement le pistolet dans son habitacle. J’attends l’impression du reçu que je range soigneusement dans mon portefeuille. Une fois à l’intérieur, je remets à zéro le compteur m’indiquant le kilométrage depuis le dernier plein. C’est idiot, j’en conviens et cela ne sert à rien. Bien entendu, j’ai encore oublié le plus important: remettre le bouchon et fermer le couvercle.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s