Jour 905

fete-agatheC’est l’anniversaire de Bibi aujourd’hui, 61 ans.
– Ce n’est pas un chiffre à tout casser, m’a dit les pattes d’ours. Faisons quelque chose de simple.
– Un souper chez toi, ai-je répondu du tac au tac. C’est moi qui vais préparer le repas. J’arrive avec les casseroles, ai-je précisé, pour qu’il ne pense pas que je vais salir sa cuisine.
– Hum…, a répondu les pattes. Qu’est-ce qu’on va manger ?
– Tu me dis ce que tu désires et je le fais, ai-je répondu.
– On invite qui ?
– On pourrait essayer de se réunir seulement tous les quatre, les frères et sœurs, ça n’arrive jamais ?
Après consultation auprès de la principale intéressée, c’est ce qui va arriver, demain, un souper chez les pattes seulement nous quatre.
– Qu’est-ce que tu prépares finalement ?, m’a demandé les pattes d’ours lorsqu’il m’a rappelée pour me confirmer qu’on mangeait ma cuisine, dans sa cuisine.
– Bien ça dépend de ce que tu désires, ai-je répondu en me répétant.
– J’aime tout !, m’a-t-il dit en me faisant sourire parce qu’il m’a déjà raconté avoir jeté à la toilette un repas que j’avais préparé, il y a longtemps, un été que François était encore vivant.
– Dans ce cas, si tu aimes tout, on n’a pas besoin d’en parler, je me donne le temps d’y penser, je vais peut-être aller faire l’épicerie, et souvent les idées de menus me viennent alors que je me promène dans les allées…
– J’aime tout mais il ne faut pas exagérer, a-t-il néanmoins mentionné. Je t’ai déjà raconté que la fois de ton repas crétois papa n’avait rien avalé ? Il transférait ce que tu lui servais dans l’assiette de Bibi, au fur et à mesure.
– Oui, tu me l’as déjà raconté.
– Et François, mine de rien, nourrissait le chat, ta Mia.
– Tu ne me l’as pas raconté mais je m’en étais rendu compte parce que je l’avais vu faire. Le pauvre.
– Comment ça, le pauvre ?
– Je pense que déjà à cette époque il souffrait de son cancer et ne m’en parlait pas.
– Qu’est-ce que tu vas préparer ?, m’a-t-il redemandé, probablement, et je le comprends, pour changer de sujet.
– 61 ans, c’est vrai que ce n’est pas un chiffre excitant, ai-je commencé, ça appelle peut-être un repas bien ordinaire ?, ai-je suggéré, juste pour faire languir les pattes.
– On est toujours d’accord pour que je fasse faire un gâteau à la pâtisserie ?, a dit mon frérot, ne voulant pas s’éloigner trop trop du sujet du menu.
– Bien sûr, fais marquer quelque chose de niaiseux sur le gâteau, de style Bonne fête Agathe (parce que mon frère –le spécialiste des surnoms– appelle Bibi Agathe).
– Écoute, a conclu mon frère, ça fait trois fois que je te le demande. Qu’est-ce qu’on va manger ?
Mes lecteurs ne me croiront pas, mais j’ai répondu à mon frère qu’il lui suffirait de lire mon texte d’aujourd’hui pour le savoir ! Alors voici : j’apporte le vin rouge dans un vinier déjà entamé, j’apporte un fromage Champfleury juste à point déjà entamé, j’apporte des côtes de porc dans une sauce sucrée salée déjà préparées je les ai faites cet après-midi, et je vais préparer demain mais les faire cuire chez les pattes, des filets de porc farcis au fromage de chèvre avec des pruneaux et des herbes. J’ai aussi fait une petite sauce à la moutarde pour napper les filets de porc. Autrement dit, et j’aurais quand même pu le dire au téléphone aux grandes pattes, on va manger du porc !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s