Jour 909

58134_fppd

Modèle marinière à encolure bateau.

J’ai écrit un texte à l’instant pour l’anniversaire d’une amie qui m’a replongée, encore et toujours, dans le passé de nos vingt ans. Nous habitions toutes les deux dans la ville de Québec. Je me rendais en été la visiter en bicyclette. Il me suffisait de rouler sur le boulevard St-Cyrille, de bifurquer vers le chemin Ste-Foy et de me laisser descendre pour arriver chez elle. Je devrais tenter, avant ma mort, d’écrire ce recueil de textes dont chacun serait basé sur mes tenues vestimentaires. J’ai déjà fait allusion à ce projet. Car dès que je me remémore des épisodes de ma vie, la première image qui se manifeste à mon esprit est celle de mon habillement. Cette fois à laquelle je pense qui m’installe sur une bicyclette me rendant chez mon amie, j’étais vêtue d’une robe dans laquelle une personne très bien portante, portante de quelque deux cents livres, aurait pu se glisser. Je me demande si ce n’est pas d’ailleurs cette amie –fort mince– que je m’en allais voir qui m’avait donné cette pièce de collection. Je me rendais peut-être lui montrer de quelle jolie manière j’avais adapté son cadeau. Au départ, le vêtement avait des manches longues et se voulait soit une robe d’intérieur, quand on est sûr sûr sûr de ne pas avoir à sortir dehors, soit une tenue de bain à enfiler sur le maillot, quand le vent tourne brusquement et qu’il est acceptable de se mettre n’importe quoi sur le corps, quitte à passer pour une excentrique. La pièce en question pourrait être décrite ainsi : deux larges pans de ratine de coton cousus l’un sur l’autre, de couleur orange vif. Aucune garniture sinon les coutures. Comme les manches auraient pu couvrir les bras d’une personne j’ose écrire obèse, le seul fait de les couper créait une ouverture importante sur les côtés qui appelait le port d’un soutien-gorge si je voulais circuler le moindrement tranquille. J’avais aussi adapté l’encolure pour obtenir un col bateau. Ce vêtement, une fois enfilé, m’arrivait aux chevilles. Pour être capable de pédaler, j’avais rabattu une bonne partie de la robe, au moyen d’une ceinture à la taille, de manière à obtenir une longueur qui m’arrivait aux rotules. Je me rappelle que je ne possédais qu’une ceinture, en cuir, assez étroite. Je ne portais jamais de baskettes, ce n’était pas assez sexy, alors je portais mes sandales à talons même si je devais pédaler. Enfin, je m’étais acheté des lunettes fumées Vuarnet sans lesquelles je ne sortais jamais. Me voilà donc pédalant et profitant de la douceur du temps. Je n’étais pas encline à respecter les codes de la route. Je ne conduisais pas de voiture, à l’époque, et je me fichais des feux rouges quand aucun véhicule ne venait en sens inverse. En plus, dans ce temps d’autrefois, les contraventions pour cyclistes –et maintenant pour piétons– n’existaient pas. À une intersection plus importante il a fallu que je m’arrête cependant et que je pose pied à terre. Quand j’ai voulu me donner un petit swing pour repartir, je ne sais pas ce qui s’est passé, mais ma ceinture, de laquelle dépendait toute l’originalité de ma tenue, ma pauvre ceinture qui retenait à elle seule des épaisseurs de ratine, s’est détachée. Le temps de le dire, la pièce de collection m’a glissé jusqu’aux chevilles, s’est accrochée dans les talons de mes sandales, me laissant dans une bien précaire position sur ma bicyclette !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s