Jour 908

De la même manière, je me rappelle à quel point j’étais bizarrement habillée la fois que j’étais allée acheter un pantalon de neige à Emmanuelle, au magasin L’aubainerie à Joliette. Il faut dire que j’étais seule, et que lorsque je sors seule, je me permets des allures improbables. Personne n’aura honte de marcher en ma compagnie, autrement dit. Je sortais de ma voiture et je me dirigeais vers l’entrée du magasin lorsque je m’étais fait la réflexion que mes bottes neuves en gore tex, qui avaient coûté cher, créaient un drôle d’effet avec les pantalons qui m’arrivaient à mi-mollet, en coton mou, à jambes évasées. Les bottes étaient de coupe bottillons et il y avait un bon deux pouces de mollets dénudés avant d’atteindre la bordure du pantalon. Je portais pour le haut du corps une veste achetée dans une friperie de la rue Laurier, griffée, digne d’une avocate de DSK qui aurait acheté la veste à l’état neuf cependant, dont j’aimais la longue bande élastique noire qui enserrait le poignet à la manche. La veste était en laine, à motifs géométriques blancs et noirs, et la taille était elle aussi cintrée par une large bande élastique noire. Elle était trop grande malheureusement, alors je la portais les week-end à la campagne avec une autre épaisseur en-dessous.
– Pourquoi est-ce que je ne choisis pas de m’habiller mieux ?, m’étais-je demandé cette fois-là.
– Parce que je suis trop grosse, était, est et sera peut-être encore et toujours la réponse.
Ça ne vaut pas la peine de porter de beaux vêtements si mon corps n’a pas les formes pour les honorer. C’est une affirmation qui tient la route, dans ma tête. Ça ne vaut pas la peine de m’acheter de beaux vêtements si je suis mince, est une autre affirmation qui tient la route dans ma tête. Selon mes critères esthétiques, une personne mince pourra porter n’importe quoi et ce sera toujours beau, puisque l’œil détectera d’abord et avant tout les formes élégantes derrière les vêtements. En outre, un corps mince donne droit à toutes les fantaisies vestimentaires. Ou encore, un corps mince peut porter les mêmes vêtements à longueur d’année, autre forme de fantaisie.
Pourquoi n’avoir pas porté, pour aller magasiner cette fois-là, des jeans à la place de pantalons mous –qui appartenaient d’ailleurs à Emmanuelle ? Parce que même s’ils sont à ma taille, les jeans me serrent les cuisses et le ventre, plus qu’un pantalon de coton mou, et me sentant serrée je me sens grosse.
Cela étant, lorsque je pesais quinze livres de moins, je ne m’habillais pas mieux.
Je pense qu’une bonne partie de mes lacunes en matière d’habillement provient de mon manque de connaissances dans le domaine de la mode. Je n’en maîtrise pas le b.a.-ba. Une collègue s’était étonnée, il y a longtemps, que je porte une jupe d’été en coton de couleur blanc cassé assortie d’une ceinture en suède de couleur vert forêt.
– Tu portes une jupe d’été avec une ceinture d’hiver ?, m’avait-elle demandé, me faisant découvrir du coup qu’il existe des ceintures estivales et d’autres hivernales.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s