Jour 944

J’ai aimé l’attitude du serveur. Il n’a pas semblé mortifié, il s’est excusé et y est allé avec entrain dans son service prise deux.
Pour rappel de mémoire, nous sommes au restaurant le Bâton rouge du quartier des spectacles, Denauzier et moi.
Cinq jours se sont écoulés depuis le début de mon récit, cinq jours se sont écoulés parce que c’est le principe même de la vie : le temps passe et il est impossible de le rattraper autrement que par la réminiscence, or le temps qu’on passe à la réminiscence est aussi du temps qui passe.
Il n’a pas encore été fait mention, bien que le récit de mes aventures ait commencé avec le texte du Jour 946, de la raison principale pour laquelle nous nous sommes déplacés à Montréal, mercredi dernier le 23 novembre : pour entendre mon amie Ludwika jouer du violon au sein de son Ensemble Caprice à la Salle Bourgie.
Un ensemble de raisons ont fait en sorte que je n’ai pas eu l’occasion de la rencontrer lors de mon plus récent séjour à Montréal début novembre, alors je me suis dit que j’irais la rencontrer, et lui piquer une jasette minimale, au concert de ce mercredi maintenant dernier.
Pour rappel de mémoire également, j’ai décidé d’appuyer les bases du récit de mes aventures montréalaises sur les moments qui ont été consacrés à l’alimentation ce jour-là. Il y en a eu cinq. Il ne m’en reste qu’un à décrire, les quatre premiers ayant été présentés dans les textes 946 et 945, à savoir, et rapidement : déjeuner léger et dîner sans appétit à la maison de St-Jean-de-Matha, café bu au Il Panino, rue Ste-Catherine est, en compagnie de mon ami peintre Yvon, et repas de sandwiches accompagnés de frites pas très chaudes que j’ai demandé de faire réchauffer au restaurant le Bâton rouge.
Du restaurant nous avons marché d’un bon pas jusqu’à la Salle Bourgie. Je pensais que le programme du concert serait consacré aux concertos Brandebourgeois, mais je me suis trompée. Nous y avons entendu deux suites orchestrales avec des trompettes éclatantes de vigueur, un arrangement du Concerto italien pour flûte à bec, et une cantate. Je ne pouvais pas être mieux placée pour observer Ludwika de l’endroit où nous étions assis, deuxième rangée à l’extrême gauche. J’étais un peu nerveuse en début de concert parce que je ne savais pas si Denauzier appréciait son expérience, mais rapidement j’ai laissé faire les inquiétudes et j’ai profité de tout. En plein dans notre champ de vision, également, se trouvait un hautboïste qui n’a pas tardé à suer à belles gouttes le long de la tempe gauche qui était la tempe que l’on voyait. J’ai eu une pensée pour le don de soi entier que constitue le travail du musicien.
Bien entendu nous avons fait un coucou à Ludwika, dans les loges, après le concert. Je lui ai présenté Denauzier et à Denauzier j’ai présenté Ludwika. C’est-à-dire que je prends la peine de dire à Ludwika Je te présente Denauzier, et à Denauzier Je te présente Ludwika. Ensuite, de la Salle Bourgie, en fin de soirée, nous avons marché moins rapidement, car il nous semblait qu’il faisait moins froid, jusqu’à la voiture toujours stationnée devant le restaurant des sandwiches et des frites pas assez chaudes.
Il nous restait une heure et demie de route à effectuer pour regagner la maison.
La tête pleine des événements de la journée, de l’achat des toiles au trafic de drogue, d’un Kijiji trompeur à la bouteille d’eau gazeuse renversée, de la musique qui résonnait encore à mes oreilles à la belle coupe de cheveux de Ludwika qui lui va superbement, il était impossible de penser aller dormir dès notre arrivée. Et j’avais faim. Alors j’ai mangé, et nous voici arrivés au cinquième jalon de mon récit basé sur l’alimentation, j’ai mangé de la croustade aux pommes nappée de yogourt onctueux de la Vallée verte. C’était délicieux.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s