Jour 983

Imprimer cette photo d'une vitrine de Holt Renfrew en format géant.

Une vitrine de Holt Renfrew.

Nous sommes allées, trois femmes, voir l’exposition de photographies de Robert Mapplethorpe au MBA. C’était mon idée. Une visite au musée me donne toujours envie de créer à mon tour. Je caresse l’idée de faire imprimer en grand format la photo ci-contre que j’ai prise, rue Sherbrooke, pendant que j’attendais les deux amies. Il faudrait, si je concrétisais ce projet, que je modifie les valeurs des contrastes et de la luminosité. Que je fasse encadrer la photo et que je la protège avec une vitre anti-reflet. Ces deux phrases, à elles seules, viennent de me coûter quelque 1000$ au bas mot. Comme il m’a été donné de répondre à la dame du comptoir de prêt de la bibliothèque Rina-Lasnier, qui m’informait qu’un abonnement coûte 175$ quand on n’habite pas la ville, je vais y penser. Il faudrait en outre que le cadre soit solidement vissé au mur pour que je puisse frotter le verre sans avoir peur que l’installation tombe à terre. Et que le verre soit de bonne qualité pour ne pas barioler sous mes vigoureux coups de chiffon imbibé de Windex.
Mapplethorpe est mort à 42 ans du sida. Au même âge, je m’occupais avec ravissement, le mot n’est pas exagéré, de chouchou qui n’avait que cinq ans.
Dans le domaine des maladies du même type, j’ai appris qu’une femme très belle que j’ai croisée récemment était atteinte d’un cancer. Nous avons le même âge, elle et moi. Et dans le domaine tant qu’à faire de la mort, j’ai vu vendredi à mon arrivée chez ma fille, en soirée, le film Into the Wild, dans lequel le jeune homme qui vit seul, à la dure, en Alaska, meurt d’un empoisonnement après avoir consommé des plantes parce qu’il n’en pouvait plus d’avoir faim. Se sentant nauséeux et souffrant, il consulte son livre sur les plantes et découvre qu’il a mangé une espèce non comestible dont il est écrit, dans la définition, qu’elle mène à la starvation puis à la death. Il ne lui reste plus qu’à attendre la fin. Tragique. Épouvantable.
Comme je me connais, avoir été dans la situation du jeune homme, j’aurais passé mes derniers jours de vie, souffrant le martyre, à attendre l’arrivée miraculeuse d’une personne qui m’aurait sauvée en m’amenant à l’hôpital. Je n’aurais pas été capable, autrement dit, d’affronter la réalité. Je me serais évadée, envolée, enfuie dans l’univers utopique d’un dénouement absolument improbable qui m’aurait laissée en vie.
Le film y est peut-être pour quelque chose. Et l’annonce qui m’a été faite qu’une très belle femme était atteinte de cancer… Toujours est-il que la nuit dernière, au retour, dans une grande fatigue, de notre rencontre d’amis à l’Île-Perrot, j’ai rêvé que j’étais atteinte d’un cancer des oreillons. Je comprenais, tout d’un coup, pourquoi le corps médical m’avait fait passer tel test, puis tel autre test que les autres personnes ne se faisaient pas imposer autour de moi. Je sentais l’étau se resserrer et je me rendais compte, catastrophée, qu’il n’y avait plus d’avenue possible. La menace que j’avais d’abord vaguement pressentie n’était plus une menace. J’étais la personne sur laquelle s’abattait la malédiction. Il n’y a pas de mot pour décrire l’état d’hébétude dans lequel me laissait ce coup de masse. La monde  s’arrêtait de tourner, autour de moi, alors que, paradoxalement, c’est la vie en moi qui allait s’arrêter et non celle du monde autour. Je n’étais pas du tout prête à absorber un tel choc.
C’est la deuxième fois que je rêve avec autant d’acuité que je suis atteinte d’un cancer et je me demande si ce n’est pas parce que je serais bel et bien atteinte d’un cancer que je savoure tellement chaque minute qui passe, chaque minute comme un cadeau, avant de disparaître.
Je m’arrête là, c’est trop terrible et ça me fait trop peur.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s