Jour 986

Je suis à Joliette depuis deux jours, chez Bibi, pour m’occuper de papa. Je ne m’en occupe guère, malheureusement, car je suis, comme autrefois quand je voulais arrondir mes fins de mois, affectée à des contrats de traitement de texte –pour lesquels je ne suis pas rémunérée ! Un pour mon mari, qui est terminé. Un pour mon beau-frère, qui est en cours. Mon mari est venu nous rejoindre ce soir, papa et moi, apportant une pizza qu’il avait attachée avec des sandows sur le siège de sa moto. Après la pizza, nous avons terminé le texte sur lequel il m’a fait travailler. Il vient de quitter. Papa est sur le point d’aller faire dodo. Il ne me reste qu’une petite heure avant l’arrivée du beau-frère qui va vouloir savoir où j’en suis du travail que je tape pour lui. Je ne suis pas rendue aussi loin que je l’aurais souhaité.
Dans l’après-midi, je suis allée marcher avec papa jusqu’à la Place-Bourget. La vie se déroule beaucoup plus lentement avec papa qu’avec tantine. Les pas se font tout petits tout petits et même, à cause du Parkinson, il lui arrive de marcher sur place sans avancer. Quand ça se produit, il me dit qu’il est fatigué. Alors nous nous dirigeons vers les premiers escaliers sur les marches desquels nous nous assoyons, sur les bordures de pierre ou de ciment le long des propriétés, toute surface est la bienvenue. Une fois assis sur les marches ou les bordures, nous faisons comme si de rien n’était, nous saluons les passants comme s’il s’agissait de voisins que nous connaissons. J’écris au nous, mais il faut savoir que je suis la seule à saluer, papa, une fois fatigué, a le regard fixe et absent.
Donc, cet après-midi, nous sommes allés à la Place-Bourget. Il faut compter un bon vingt minutes pour nous y rendre, à deux. Et je dirais six minutes maximum d’un pas normal quand je suis seule. Nous n’avons pas eu besoin de nous asseoir sur des marches en cours de route. Mais une fois au centre-ville, nous avons choisi un banc mi à l’ombre mi au soleil et nous avons observé les gens, les cyclistes, les automobilistes, les ouvriers parce qu’il y a un tronçon de route qui est bloqué pour refaire les canalisations. On observe donc la scène au son des grosses machineries et de leur avertisseur quand elles sont en marche arrière. Encore une fois, le nous ici devrait se lire au je, car papa ne voit presque plus rien.
Au bout d’un moment assez long, je lui ai demandé s’il acceptait que je retourne chez Bibi prendre mon porte-feuille pour que je me rende à la banque qui se trouvait, de notre banc, dans notre champ de vision. J’ai fait des blagues en lui disant de ne pas partir s’épivarder en mon absence. Je me suis dépêchée, donc au maximum je me serai absentée dix minutes. Je me suis rassise quelques minutes auprès de papa. Je suis allée à la banque. Je me suis rerassise auprès de papa qui n’avait pas bougé. Je suis allée faire une autre course, à proximité de la banque.
Le retour s’est bien déroulé. Comme il faisait tellement beau et presque chaud, papa s’est assis dehors sur son balcon, à notre retour. Pour ma part, je me suis trouvé une autre course à faire car je n’acceptais pas de ne pas profiter du temps exceptionnel. Je suis allée, pour la première fois de ma vie, chercher de l’eau sulfureuse près de mon ancienne école, Les mélèzes. Incroyable mais vrai, mon ancienne école, c’était il y a quarante-sept ans. Et je me sens, intérieurement, comme si j’avais seize ans.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s