Jour 988

Ce midi, j’ai voulu faire plaisir à mon mari en lui préparant un repas qu’il allait trouver bon jusqu’à la dernière bouchée. Comme nous avions du poulet dans le frigo, j’ai opté pour des hot-chicken, sans le pain. Pourquoi sans le pain ? Parce que nous n’avions à la maison que du pain au levain Première Moisson qui se serait transformé en bouillie épaisse dans la sauce. Au retour des courses, parce que je suis allée faire les courses, il était déjà presque midi. Je me suis lancée dans la préparation sans tarder. J’ai fait sauter des oignons jusqu’à ce qu’ils deviennent transparents. J’ai ajouté les morceaux de poulet préalablement coupés par moi. J’ai préparé en parallèle un pouding au riz avec du lait d’excellente qualité de la Vallée verte. J’ai ouvert la boîte de petits pois en conserve pour les faire chauffer dans une casserole. Idem avec la boîte de sauce St-Hubert que nous avions dans le garde-manger. Nous avons encore deux conserves de sauce St-Hubert à utiliser. J’ai demandé à Denauzier de ne plus en acheter pour que nous fassions, à l’avenir, notre propre sauce. J’ai voulu, à travers le poulet qui réchauffait et le riz du pouding qui gonflait tranquillement, me lancer dans la purée de pommes, mais je me suis rendu compte que le contenant de verre du mélangeur était dans le lave-vaisselle.
J’oubliais les pommes de terre. Avant même de trancher les oignons, j’ai mis à bouillir cinq pommes de terre rouge de format moyen, avec la peau, chacune coupée en quatre. Une fois cuites, j’en ai retiré la peau mais je dois avouer que c’était pas mal chaud pour les doigts. J’ai demandé à mon mari de les réduire en purée car il est de notre couple l’expert en purée.
Vers une heure nous nous sommes assis à la table et avons mangé, moi plutôt lentement parce que, nauséeuse depuis mon lever, je ressentais la faim tout en n’ayant pas tellement d’appétit. Mais après avoir mangé je me suis sentie mieux.
Pourquoi le lait d’excellente qualité ? Parce que les contenants sont en vitre, et que je désire, une fois que le lait en aura été bu, aller chercher de l’eau de source sulfureuse à Joliette et la ramener à la maison, tellement je l’ai trouvée bonne quand j’en ai bu chez les pattes d’ours la semaine dernière. J’ai acheté un litre de lait blanc, et un litre de lait au chocolat.
Nous nous voyons beaucoup, pattes d’ours et moi ces derniers temps. Encore aujourd’hui, nous avons passé l’après-midi ensemble car il avait besoin que je l’aide à produire son cv. Nous avons très bien travaillé, j’ai aussi préparé une lettre d’accompagnement pour les éventuels employeurs.
La fin de l’après-midi est arrivée très vite, et là, fidèle à lui-même, pattes d’ours nous a lancé une proposition de dernière minute, qui consistait à retourner avec lui en moto à Joliette, à souper chez lui, et à revenir en soirée, dans le froid, ici à St-Jean-de-Matha. Nous avons fait tout cela, incluant un coucou à tantine en passant moyennant un petit détour.
Malgré l’inconfort dans mon corps en matinée, j’ai passé une excellente journée, au cours de laquelle il ne s’est rien produit de particulier. Qu’est-ce qui m’incite à relater ces choses sans importance ? Je trouverai peut-être la réponse un jour. Ou alors je découvrirai peut-être un jour qu’il n’y a pas vraiment de réponse.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s