Jour 1 005

Hier nous sommes allés cueillir des pommes à Notre-Dame-de-Lourdes et j'en ai profité pour me déguiser en joueuse de tennis.

Nous sommes allés cueillir des pommes à Notre-Dame-de-Lourdes et j’en ai profité pour me déguiser en joueuse de tennis. C’était en 2015.

J’ai pris un des cinq cartables qui dorment sur la tablette de ma bibliothèque. Je suis tombée sur les textes de ma quatrième année de blogue. Sachant que j’allais écrire aujourd’hui le texte du jour 1 005, j’ai parcouru le texte 1 505 pour savoir où est-ce que j’en étais à cette époque de ma vie il y a 500 textes. J’en étais à m’inventer un nouveau défi. J’ai à peine fait allusion à ce défi dans mes textes ultérieurs, or il y aurait eu matière à y revenir souvent : le défi consistait à tenter de ne plus dire Oui mais. À ne pas être sur le frein, autrement dit. Répondre oui quand c’est oui. Et non quand c’est non.
– Chérie, on devrait mettre des patates dans le mijoté, il reste deux heures de cuisson, elles vont avoir le temps de cuire, me dit mon mari.
– D’accord.
Je sors les patates, je les lave, je les coupe et je les ajoute.
– Chérie, viens-tu à St-Félix ? Je m’en vais faire des courses. On a besoin d’un nouveau moteur pour le ventilateur de la salle de bain, me dit encore mon mari.
– Tu pars quand ?
– Maintenant.
– D’accord. Est-ce qu’on peut en profiter pour aller acheter des pommes au verger de Notre-Dames-de-Lourdes ?
Ce n’était pas si facile de dire oui, autrefois. D’être d’accord et de ne rien vouloir modifier de la proposition initiale. Bien sûr je n’étais pas retraitée, respirant le bon air de la campagne dans un environnement calme au son du meuglement des vaches. J’étais plus stressée, mon niveau de fatigue était gigantesque et j’avais beaucoup de responsabilités. Mais quand même.
Avoir lâché prise, cette fois à laquelle je pense, m’avait demandé tout mon p’tit change. Emma n’était pas née, alors disons que l’événement s’est produit il y a vingt-deux ans. J’aidais le fils aîné de Jacques-Yvan à faire un devoir, nous faisions du formatage dans Word et ça n’en finissait plus. Arrive Jacques-Yvan qui se rend compte qu’un aspect du travail avait été omis, or l’ajout requis nécessitait de revoir toute la présentation. Ça y est, ça me revient : nous avions tapé le texte en mode portrait et inséré dans celui-ci un tableau qui se lisait sur un format 8½X11 en mode paysage, mais il avait fallu à la place insérer un tableau de format 8½X14. Rien de bien sorcier finalement ! Ç’avait été ardu d’insérer le premier tableau, pour un ensemble de raisons, mais je dirais que la raison principale était que je n’étais pas à l’aise avec le fils aîné, donc j’avais passé les dernières heures de notre travail commun sur le frein à me sentir insignifiante. Arrive Jacques-Yvan et sa remarque sur la colonne manquante dans le tableau et la nécessité d’ajuster toute la patente. Je m’étais levée, pour ne pas éclater, et rendue dans la cuisine. Debout dans la cuisine, ne sachant que faire, je m’étais installée devant l’évier et je m’étais mise à piger dans le plat qui était juste à côté, rempli de morceaux d’ananas. Je m’étais mise à en manger comme si je n’avais jamais mangé de ma vie !
On me demanderait aujourd’hui d’insérer un tableau 8½X14 en mode paysage dans mon document Word formaté en mode portrait que je répondrais simplement :
– Je vais essayer.
J’étais chanceuse, à l’époque de ma vie en famille recomposée, quand j’avais quelque trente ans, je mangeais tout ce que je voulais sans prendre une once d’engraissement.
Nous avons acheté, à Notre-Dame-de-Lourdes, deux sortes de pommes : Honeycrisp et Paulared. Divinement bonnes. Nous étions allés avec la fille de Denauzier, l’an dernier, au même verger. J’avais mis des pommes dans les poches de mon short pour me déguiser en joueuse de tennis. Je n’aurais pas pu faire ça aujourd’hui car je portais un short qui n’a pas de poches !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s