Jour 1 046

Mes connaissances bibliques sont extrêmement limitées.

Mes connaissances bibliques étant fort limitées, je me suis demandé pourquoi le visage de Jésus est imprimé sur le suaire, en bas, à droite. Grâce à Wiki j’ai trouvé, en me basant sur le titre de la station : Ste-Véronique.

Je reprends le fil de ma rétrospective Camp de pêche au Témiscamingue, après la digression du ciné-parc à Calgary et de ma peur de dormir dans les Rocheuses dans une tente. Nous revoici à Val-d’Or. Nous avons dormi chez le fils de Denauzier, dans le sous-sol sur un matelas soufflé qui s’est dessoufflé. En fait, le problème n’est pas tant que le matelas se dessouffle, mais que le poids de mon mari étant peut-être le double du mien, l’air du matelas se déplace et s’accumule de mon côté. Il se crée une inclinaison entre la hauteur du matelas de mon côté par rapport au sien, qui fait en sorte que je ne voudrais pas me coller contre mon mari que je me collerais quand même. Mon mari s’est levé pas mal plus tôt que moi, vers 7 heures. Quand j’ai senti que tout le monde était parti, je me suis déplacée du matelas du sous-sol au canapé du salon, pour être moins incommodée par l’humidité. Je dormais encore quand mon mari est arrivé de l’atelier d’hélicoptères où il était allé par affaire. Il était 11h45.
– Chérie, m’a-t-il dit à peine entré, nous avons rendez-vous à 12h30 avec un couple d’amis. À Amos. Ils nous invitent au restaurant. Penses-tu pouvoir être prête ?
– Seigneur !, me suis-je exclamée, en me levant déjà pour me préparer.
Je pense que certaines personnes pourraient être contrariées d’apprendre les choses autant à la dernière minute sans aucune préparation. Dans mon cas, me découvrant encore la capacité de me dépêcher et de m’exposer publiquement pas trop défaite, à quelques minutes d’avoir encore un pli de drap imprimé sur la joue, je vis la situation comme étant un petit défi réussi.
Nous avons fait la route jusqu’à Amos, il me semble que ce n’est pas très long, et mangé avec les amis de Denauzier, dans un restaurant maghrébin, des sandwiches pita au poulet accompagnés de salades variées. Dans une de mes salades, j’ai trouvé deux petits cailloux qui auraient pu m’abîmer les dents. Je suis allée les montrer au serveur, juste pour le plaisir de faire la fraîche pète. Je n’ai pas été désagréable ni hautaine, mais j’ai exprimé que des clients pourraient ne pas apprécier croquer des cailloux, auquel cas le propriétaire du restaurant aurait peut-être des ennuis. Je voulais probablement tester si ma parole allait avoir des échos. Elle en a eu car le propriétaire s’est présenté à notre table en s’excusant et en me donnant un certificat pour un repas gratuit que j’ai donné bien entendu à l’homme ami qui nous avait invités.
Nous sommes ensuite retournés à la Cathédrale Ste-Thérèse-d’Avila, notre lieu de rendez-vous avant le restaurant. Les deux hommes se sont installés dehors sur un banc à l’ombre. Je les ai laissés tranquilles pour, à mon tour, visiter tranquille, mon appareil photo à la main. J’ai parcouru les stations du Chemin du croix en admirant la maîtrise de l’artiste qui a fait les mosaïques toutes traversées du même bleu. J’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé de référence faite au céramiste. J’ai eu immédiatement envie de faire imprimer sur un canevas d’assez grand format la photo qui apparaît ci-dessus et de tracer au pinceau très fin, pour le grand plaisir que j’en retirerais, chaque ligne entre les petites surfaces de verre. J’ai dû m’absenter un bon moment –j’ai ensuite parcouru quelques rues– car lorsque je suis revenue vers les deux hommes, ils n’étaient plus à l’ombre mais en plein soleil. Denauzier s’est levé sans tarder en m’annonçant que son autre fils nous attendait. Comme il travaille de soir et une partie de la nuit, et qu’il doit voyager deux heures et demie pour l’aller, la même chose bien entendu pour le retour, il nous fallait arriver avant 16 heures chez lui. Direction Rouyn.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s