Jour 1 288

Belle et jeune Asiatique, Gastown, Vancouver BC.

À Gastown, Vancouver BC.

Je me demande si cette belle Asiatique porte du Cuir de Russie, et si oui l’aura-t-elle acheté auprès de Jason et le traîne-t-elle dans son sac à main rouge ? Si elle le porte, a-t-elle tendance, comme moi, à humer l’odeur de son poignet, à supposer qu’elle en vaporise sur son poignet, car ce ne sont pas toutes les femmes qui le font. D’ailleurs, habituellement je ne le fais pas. J’en vaporise sur mon ventre, en-dessous de la cicatrice qui me traverse la cage thoracique. Avant ma cicatrice, j’en vaporisais entre mes seins. Avant entre mes seins, je m’en vaporisais dans le cou, jusqu’à ce que je me rende compte que cela créait des taches brunâtres à cause de l’alcool du parfum qui ne ferait pas bon ménage avec les rayons UV. Ma tante Alice n’achetait pas son parfum muni d’un vaporisateur car l’endroit de son corps qu’elle parfumait était ses sourcils. Elle achetait un flacon muni d’un bouchon de verre qu’elle faisait glisser délicatement sur ses sourcils, je l’ai vue faire plusieurs fois. J’ai une petite série d’elle, je fais référence à la belle Asiatique de la photo ci-dessus, car avec une femme photographe, je dirais une amie plutôt qu’une professionnelle, elle s’est installée très près de l’endroit où nous mangions, Denauzier et moi, pour une petite séance de photo shoot en pleine rue. J’ai profité de l’occasion pour faire du photo shoot moi aussi, avec ma lentille de 200 mm, même si mon champ de vision était en partie obstrué par la statue de Gassy Jack, un marin qui a donné son nom au quartier. C’est dommage que la statue se soit trouvée là car j’aime beaucoup le mouvement de la main de la belle. En même temps, ce n’est peut-être pas plus mal, cela ajoute une touche de mystère à l’affaire. Avoir poussé plus loin mon aventure, j’aurais pu me rendre parler à la jeune femme pour lui demander quelles étaient les marques de son béret, de son sac à main, de son manteau, de son pull à col cheminée, de son rouge à lèvres qui semble offrir une excellente tenue…

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s