Badouzienne 18

Malheureusement, ma nouvelle théorie –énoncée dans ma Badouzienne précédente– ne semble pas si tant déconnectée de la réalité. Elle a trait aux changements climatiques et s’appuie sur l’hypothèse qu’il faut voyager pendant qu’il en est encore temps, avant que les routes ne s’effondrent, ou que les tornades n’emportent les voitures.

Ainsi je roulais vers le sud, en direction de Toronto, ne sachant pas encore qu’une tornade, derrière moi, plus au nord, ravageait un secteur domiciliaire de la ville de Barrie. Mon mari s’est inquiété que je sois prisonnière de la bête.

Pour me rendre chez mes amis à McKellar, ma première destination avant Toronto, il a tellement plu que je ne pouvais m’arrêter pour faire pipi, j’aurais été trempée malgré que j’aie porté mes bottes de pluie et mon imperméable. L’eau, en outre, se serait engouffrée dans mon véhicule et aurait trempé la banquette où j’étais assise. Cela a fait en sorte que j’ai parcouru la route d’un coup, cela m’a pris dix heures. J’avais vraiment besoin d’aller à la toilette à mon arrivée chez Thrissa.

On déduira ici que le réservoir à essence de ma Sonic est quand même assez grand. En prime je le remplis à ras bord, en allant au-delà d’une valeur de trois dollars à partir de l’arrêt automatique de la pompe. On déduira aussi que ma petite voiture ne consomme pas beaucoup d’essence. Toujours est-il que je l’adore, elle a maintenant plus de dix ans et ne m’a jamais causé de mauvaise surprise lors de mes périples. C’est mon amie fidèle.

Un autre ami fidèle fut le GPS sur mon téléphone. Il est resté en fonction tout le long de mes trajets, jusqu’à en être tout chaud lorsque je le retirais de son support, ayant atteint ma destination. À la limite, j’aurais pu m’en passer pour me rendre chez Thrissa, c’est toujours la même route, d’est en ouest, la seule différence étant qu’elle change de nom ou de numéro. Mais pour atteindre l’appartement d’une autre amie, à Toronto, je ne m’en serais jamais sortie sans ce formidable adjuvant.
– Tournez à droite sur Arden, puis tournez à gauche.
– Tournez à droite.
– Tournez à gauche sur Harvest, puis tournez à droite.
– Tournez à droite sur Bowman.

J’ai été bercée par cette séquence dans la métropole ontarienne. Qu’est-ce que j’entends par séquence ? J’entends que la voix de mon GPS me disait où tourner en donnant le nom de la première rue, mais pas le nom de la deuxième. Au moment où j’empruntais la première rue mentionnée, la voix du GPS validait mon action en répétant « Tournez à droite », puis elle me donnait le nom de la rue qu’il me fallait prendre ensuite. De la sorte, un seul nom de rue m’était fourni à la fois. De la sorte, aussi, je pouvais anticiper en me déplaçant tout de suite à gauche, après avoir tourné à droite. Je pense que j’aurais pu absorber deux noms de rue d’un coup, au début de mon trajet, mais pas à la fin quand je commençais à avoir, c’est le cas de le dire, mon voyage !

J’aimerais réfléchir sur un autre ami qui se présente en voyage, l’ami hébergement en chambre d’hôtel. Ce sera peut-être le thème de mon prochain texte.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans Badouziennes. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s