Badouzienne 13

Fiou ! Ça fait longtemps que j’y pense, à cette badouzienne qui attend son tour d’exister. Il vient de tomber une grosse ondée, grosse mais courte. Je ne sais pas si ça va aider à humidifier le moindrement la terre. J’étais contente de voir cette pluie tomber parce qu’elle allait désaltérer le sol, en premier lieu, et diminuer l’inquiétude des agriculteurs, mais aussi, beaucoup, pour venir enfin m’asseoir tranquille dans mon bureau et écrire un nouveau texte avant de me lancer dans la correction des anciens.

Or, en accédant à l’interface de WordPress, j’ai constaté qu’une connexion vers LinkedIn avait besoin d’être actualisée. Je me suis soumise à l’identification requise avec mot de passe, mot de passe oublié, mot de passe incorrect, mot de passe sécurisé, identifiant erroné, code de six chiffres en dernier recours envoyé par un courriel séparé, etc. Le temps de m’en sortir, la pluie était finie ! Il fait donc soleil en ce moment, ma connexion LinkedIn est rétablie, mais je dois faire le deuil de l’ambiance introspective que créent naturellement la pluie et le temps gris.

Je pensais que j’aurais terminé les corrections de ma deuxième année d’écriture à la fin du mois de mai, or il n’en est rien, je me suis trompée dans mes échéanciers, une fois de plus. Je suis en train de relire les textes de ma première année, c’est vous dire à quel point je suis loin du compte.
– Les textes existent et il n’y a qu’à y revenir quand ça adonnera ?, suggère ma psychologue.
Je vais bien finir par agir de la sorte, par corriger mes pages au fur et à mesure de mes disponibilités, mais il va falloir que s’estompe d’abord l’empressement qui me dévore selon lequel je voudrais avoir déjà tout relu, tout revu de mes dix ans de noircissement d’écran !

Je constate qu’il est très facile d’oublier que j’ai écrit pendant dix ans. Je vis, depuis la fin de mon défi, comme si cet exercice n’avait pas existé, comme si je ne m’étais pas moi-même accompagnée au fil des années en laissant des traces écrites de mes aventures.

J’ai découvert à la librairie la version de poche du livre de Vanessa Springora, Le consentement. Il venait d’être publié en France quand je suis allée visiter Emmanuelle à Strasbourg, en 2019. Ce livre est à l’origine d’un récit que j’ai écrit à mon retour d’Europe, que j’ai intitulé Les initiales gravées, qui dort dans un tiroir depuis maintenant deux ans. Là où je veux en venir, c’est que le livre de poche est mince, un petit deux cents pages imprimées à caractères assez gros. Sur le bandeau publicitaire, il est écrit que ce texte cathartique fera date. Hervé Guay avait écrit quelque chose de semblable, dans le Devoir, par rapport à ma Zébresse, à l’effet que ce recueil allait marquer d’une pierre blanche le créneau de la littérature érotique. Pauvre Hervé, il s’est trompé.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans Badouziennes. Mettre ce permalien en signet.

5 réponses à Badouzienne 13

  1. bertri13340 dit :

    Bonne soirée à vous !

    Aimé par 1 personne

  2. Marielle dit :

    Hum… Ma question te semblera sans doute naïve, Lynda, ou alors je n’ai pas lu le post dans lequel tu l’as peut-être mentionné, mais je me demande pourquoi tu tiens tant à relire et corriger tes dix ans de textes…
    As-tu l’intention de les publier? Si oui, as-tu prévu une date? Et si non, ils sont très bien tels quels à mon avis 😉

    Bonne soirée! xx

    J’aime

    • Badouz dit :

      Je désire simplement être satisfaite du résultat. Dans les premières années, je n’avais pas le temps de fignoler mes textes, de les corriger, et la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. J’ai aussi vécu des périodes pendant lesquelles j’étais éparpillée, pas assez concentrée à mon goût, et cela paraît dans mes écritures. Je voudrais peut-être faire imprimer un seul exemplaire de chaque année d’écriture, en souvenir, par une commande qu’on peut faire sur Internet, tu dois savoir ce que je veux dire, je pense que Louise Audet a fait un tel livre à l’attention de Bibianne. À l’inverse, quand j’ai atteint la retraite, j’ai eu plus de temps pour écrire et cela paraît dans la qualité, je trouve. Alors le travail d’édition des dernières années sera peut-être moins exigeant que celui des premières années et dans lequel je patauge en ce moment ! XXXXX

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s