Badouzienne 11

Papa porte mes lunettes, c’était il y a deux ans.

Nous étions chez nos amis pour souper et après, comme nous le faisons presque tout le temps maintenant, nous avons joué aux cartes. J’apporte le jeu de SkipBo et nous jouons aussi à la dame de pique. Habituellement, on n’enchaîne pas les deux jeux, on joue soit l’un, soit l’autre. Quand on se sent stratégiques, on joue à la dame de pique. Quand on se sent pépères, frileux, on joue au SkipBo.

Que l’on joue à n’importe quoi, je perds tout le temps. Mes adversaires jouent comme des bons, ça y va par là, les cartes défilent et les paquets s’amincissent. Pour gagner, il faut être le premier, au SkipBo, à terminer un paquet qui nous est donné en début de partie. Moi, je reste bloquée avec mon paquet qui demeure presque intact.

Je ne parle pas de la dame de pique, qui requiert de la stratégie, comme je l’ai écrit, et de la mémoire, deux aptitudes qui me font défaut.

Donc, nous nous installons, je distribue les paquets et, les distribuant, je mentionne aux amis et à mon mari que, fatiguée comme je le suis, je n’ai aucune attente, aucun désir, aucune chance de gagner, seul compte le plaisir de participer. Eh bien, j’ai gagné ! Comme je le fais quand mon test de coagulation est bon, à la pharmacie, je me suis levé les bras au ciel et j’ai dit YES ! avec exubérance.

La partie fut courte, tellement j’ai gagné rapidement. Alors, pour étirer un peu le plaisir d’être ensemble, nous avons fait une partie d’horloge. C’est un jeu que j’ai montré aux amis, qui se joue presque les yeux fermés tellement c’est facile. Incroyable mais vrai, j’ai aussi gagné l’horloge.

Alors, n’en revenant pas moi-même, et sans bien sûr savoir que j’allais faire ça, je me suis à nouveau levée, les bras dans les airs au bout de la table, et j’ai remercié… papa ! Ce serait donc un réflexe naturel de remercier mon père qui a basculé dans l’autre monde et qui, depuis, veille sur moi ?

En réalité, il n’était pas encore décédé quand nous avons joué aux cartes, il était depuis quelques jours dans le coma. Il est décédé ce matin le 19 mai 2021 par une chaude journée de juillet. Juillet en mai. Au revoir mon papa chéri bien-aimé.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans Badouziennes. Mettre ce permalien en signet.

3 réponses à Badouzienne 11

  1. Esther Giroux dit :

    Sincères sympathies Linda et à toute ta famille.

    J’aime

    • Badouz dit :

      Merci ma chère Esther. Papa avait 90 ans. Il souffrait de la maladie de Parkinson et vivait dans un CHSLD depuis presque trois ans. Nous étions très présents à ses côtés, mais la Covid a contrecarré nos accompagnements ! J’espère que tout va pour le mieux de ton côté.

      J’aime

  2. Jacques dit :

    Mes sympathies, chère Lynda, qui vient de perdre un grand ami.

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s