Jour 213

Projet en chantier pendant le confinement

J’aime le chiffre 13.
J’écris ce texte à la veille de mon anniversaire. J’aurai 61 ans.
Il sera question d’un peu de tout ci-dessous. Je suis en train de lire de longues réflexions exprimées par M. Settembrini, dans La montagne magique, et l’effort requis pour maintenir mon attention jusqu’au bout, et surtout les comprendre, fait en sorte que j’ai envie de me détendre entre mes plages de lecture.
Nous sommes au chalet dans le bois loin de tous, seuls, à l’abri des virus. Nous avons pu observer une empreinte d’ours très fraîche vendredi dernier. On dirait une main d’homme imprimée dans la neige du côté de la paume, le pouce tendu perpendiculaire aux autres doigts. Donc, les ours ont commencé à sortir de leur tanière, avons-nous pensé, mon mari et moi.
Nous sommes arrivés avant le resserrement du confinement. Lorsque nous retournerons à la maison, il ne nous sera plus possible de revenir ici, tant que les déplacements des individus seront réglementés. Je vois la situation comme un compte à rebours supplémentaire –dans la mesure où mon blogue constitue lui aussi un compte à rebours. Je voudrais convaincre mon mari de ne partir d’ici que lorsque nous serons arrivés au terme de nos provisions d’essence, de propane, de nourriture. À mon avis, nous en avons pour pas mal de temps encore, avec notre vingtaine d’œufs, du jambon, du poulet, des féculents en masse riz et pâtes, des conserves, des charcuteries… Pour l’eau, il suffit de s’approvisionner dans le lac. Je serais du genre à étirer l’expérience au maximum, mais mon mari est un homme prudent. Je serais du genre à ne manger que du riz blanc arrosé d’un peu d’huile d’olive et de sel pendant quelques jours, par exemple. Juste pour l’expérience de vivre avec le minimum, des fois que ça arriverait, l’obligation de vivre avec le minimum… on se serait doté d’une petite pratique…
Une personne très charitable a accepté d’arroser mes plantes à la maison, lorsque nous avons pris la décision de rester plus longtemps qu’initialement prévu. Et une autre personne très charitable a déjà proposé de s’occuper d’un autre arrosage, si nous devions décider de rester au chalet tout le mois –dans une perspective utopique.
Demain je mettrai en ligne une photo du dessert que nous allons être capables de cuisiner, pour mon anniversaire, à savoir une croustade aux pommes. Nous avons tous les ingrédients nécessaires.
Les journées passent à un rythme fou, entre les Facetime avec ma fille qui est seule à Strasbourg, les courriels envoyés aux amis, les messages envoyés aussi par Messenger, le coloriage très appliqué de mon mandala géant, la lecture des aventures de Hans Castorp, l’écoute du point de presse de François Legault, la préparation de tisane à la menthe, la préparation éventuelle de thé vert advenant la fin prochaine de notre réserve de menthe, même si je n’aime pas tellement le thé vert. Quoi d’autre, les promenades autour du chalet qui nécessitent maintenant l’utilisation des raquettes car la neige est devenue trop fondante, on s’enfonce jusqu’en haut des cuisses, sans mentir puisque cela m’est arrivé justement tout à l’heure. Je passe un peu de temps à essayer de pelleter le quatre pieds de neige qui couvre encore la galerie, je joue aux cartes avec mon mari après le souper, cinq minutes seulement mais quand même cela s’insère dans notre routine quotidienne… je n’en reviens pas à quel point les journées passent vite. Lorsque je constate qu’il est déjà 16 heures, je m’exclame immanquablement « Pas déjà ! », et à chaque fois je me fais penser à papa qui déplorait tous les jours qu’on ne voyait pas le temps passer.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Une réponse à Jour 213

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s