Jour 225

Je suis à la recherche d’un texte écrit peut-être en 2012 ou 2013 sur mon blogue. J’ai pensé à ce texte hier soir avant de m’endormir, et je le cherche depuis ce temps. Je n’arrive pas à me rappeler s’il a été écrit avant ou après mon opération en juin 2013. J’ai cherché par mots clefs sur l’ensemble de mon site et je n’ai encore rien trouvé.
Il s’agit d’un texte dans lequel je décris que, conduisant ma voiture entre Rawdon et Montréal, et bien que détenant une voiture manuelle, je tiens la main de chouchou. Elle est passagère à côté de moi. Elle avait peut-être seize ans. Je veux faire un parallèle avec une autre description de mon récit de vie, dans laquelle il est aussi question de mains qui se tiennent l’une l’autre.
Pendant que je cherchais ce matin, j’ai eu une idée de génie, bien que je sois consciente qu’il s’agisse d’une idée très élémentaire, une idée de base sur le plan méthodologique. Actuellement, j’écris mon récit par petits blocs pour créer ce que je pense être du dynamisme. Les blocs sont chacun associés à une personne. Il y a par exemple un bloc de deux trois pages sur ma mère, suivi d’un bloc de trois quatre pages sur mon père. C’est un peu prévisible de décrire ses parents, dans une autobiographie, car c’en est une, bien que je dise de mon projet qu’il s’agit d’un récit de vie. J’écris, donc, de cette manière alternée. Or, cela m’oblige à me rappeler, par rapport à ma mère, par exemple, si c’est la première fois que je parle de sa coiffure, ou si je ne l’ai pas fait précédemment. Je fouille alors dans mon texte avec l’outil de recherche de mon logiciel, qui me fournit des occurrences de ladite coiffure, mais la recherche me fait aboutir à telle page dont je ne sais pas si elle est située avant ou après le bloc sur lequel je suis en train de travailler. En  ce moment, en effet, mon récit compte vingt-et-un personnages, donc vingt-et-un blocs thématiques répartis sur 90 pages.
Dorénavant, je vais changer mon approche et poursuivre mon travail par grands blocs. Tout ce qui concerne maman sera écrit à la suite, et il en sera de même pour les autres personnages. Si je crains d’avoir des répétitions au sein d’un même bloc, je n’aurai qu’à me positionner au début de celui-ci, et à effectuer ma recherche dans mon logiciel. C’est très élémentaire comme approche, mais au moins j’ai réussi à y penser. Pour travailler dans ce sens, je dois, avant de poursuivre mon travail d’écriture demain, effectuer plusieurs couper/coller dans mon fichier.
Les gens, je pense à ma sœur, qui ne connaissent rien aux logiciels, aux notions de couper/coller, au fonctionnement des outils de recherche dans un éditeur de texte, doivent ne pas comprendre grand-chose à ce texte d’aujourd’hui, mais je me rassure en me disant que rares sont les gens qui n’ont, à l’instar de Bibi, aucune connaissance en informatique/bureautique de nos jours.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s