Jour 314

canard

Rectificatif détaillé ci-contre.

Que des choses insignifiantes aujourd’hui, sans intérêt, comme d’ailleurs la plupart du temps ! Des petites précisions sur des sujets qui ne disent rien à personne, sauf moi ! D’abord, l’objet décoratif Mouette et quenouilles, dont il a été question hier. J’ai tout faux. Il n’est pas conçu pour être installé sur un mur –cela explique d’ailleurs qu’il était fort difficile de le faire tenir sur la tête d’un clou enfoncé dans une cloison quelconque.
– Regarde !, ai-je montré à Bibi en tendant mon téléphone dans sa direction, avant même qu’elle s’assoie à la Brûlerie du Roy où nous nous sommes rencontrées ce matin, de manière tout à fait improvisée.
– Oh ! C’est le couvercle du diffuseur que j’ai reçu il y a longtemps, je me rappelle en effet que je te l’avais donné.
– Ce n’est pas un objet décoratif conçu pour agrémenter un mur, une paroi verticale ?
– Non, il était vissé sur une base de diffuseur qui contenait des huiles et des herbes. Un jour, j’ai échappé le diffuseur et je me suis retrouvée avec le couvercle seulement.
– Mais il n’y a aucune strie à l’intérieur, comme on peut s’y attendre d’un couvercle ?, ai-je répliqué.
– C’était un couvercle de fantaisie, a précisé Bibi, sachant qu’avec moi il faut mettre les points sur les i.
Je sortais de la clinique visuelle où je suis allée pour mon examen annuel.
– Où vas-tu après ?, m’a demandé ma sœur.
– Chez la podiatre, c’est une journée de mesures préventives contre les effets du vieillissement !
6666J’ai profité d’être à Joliette pour acheter de la nourriture pour la chatonne à la meunerie. J’ai pris un gros sac de nourriture pour chat « actif », et un tube d’un produit nouveau qui pourrait aider chatonne à moins vomir ses poils. J’ai adoré le prix –élevé– que j’ai payé, qui rend hommage au chiffre de mon jour de naissance, un 6.
– Wow !, me suis-je dit intérieurement. Je vais prendre la facture en photo et l’insérer dans mon texte du jour !
On comprend que ça ne me prend pas grand-chose pour m’exciter et me donner de l’élan.
En dernière étape de mes déplacements joliettains, je suis allée remplir mes bouteilles de verre à la source d’eau sulfureuse. Les enfants jouaient dehors, dans la cour de l’école Les Mélèzes. J’ai rempli mes bouteilles au son de leurs cris. J’ai rempli mes bouteilles en me faisant aussi caresser par le soleil de cette fin octobre.
bouteillesEau– Je pourrais mettre en ligne sur mon blogue ma belle collection, me suis-je dit, tant qu’à m’adonner à mes enfantillages.
Les pays représentés dans ma collection sont, à ce jour, l’Italie, les Pays-Bas, la France, le Québec. Chouchou devrait me rapporter une bouteille de Berlin où elle est présentement, cela ajoutera l’Allemagne. Une chose est sûre, il me manque des spécimens car à tant s’entrechoquer en ayant trop d’espace entre elles, les bouteilles font cling cling dans mon caisson.
Enfin, à propos des perdrix : elles sont encore coriaces sous la dent malgré un séjour de dix-huit heures dans la mijoteuse. Neuf heures de cuisson, suivies de neuf heures à température plus basse sur le réchaud de la même mijoteuse. On ne pourra pas dire, mon mari et moi, qu’on n’aura pas essayé de les attendrir !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s