Jour 317

etre-assidu-cest-payant

Être assidu, c’est gagnant, c’est payant, c’est important. Ça change tout, en fait. Mais être assidu pour être assidu, sans se préoccuper de la qualité du résultat obtenu à chaque séance d’assiduité, je me demande à quoi ça sert.

Je suis moins assidue qu’avant en ce qui concerne l’écriture quotidienne de mes textes. Quand je suis trop fatiguée, je saute un jour. Quand il est rendu trop tard le soir, je saute un jour. Quand il est rendu trop tard le soir (bis), c’est excessivement tentant de m’asseoir à côté de mon mari, sur le canapé, et de relaxer devant la télévision, en me faisant caresser par la chaleur du foyer. Est-ce signe de faiblesse ou d’un sain lâcher prise ? Je m’octroie ce plaisir –ou cette faiblesse– de plus en plus souvent. Quand ça ne me tente pas, même chose, je n’écris pas. Quand je n’en ai pas le temps, je ne force pas, j’attends de l’avoir. Il faut dire que j’ai plus de temps que du temps que je travaillais à l’université.
Auparavant, ne serait-ce qu’il y a quelques mois, il n’était pas question que je saute autant de jours. Je ne sais pas comment interpréter ce relâchement. Suis-je plus fatiguée, moins résistante qu’avant, compte tenu de mon âge ? Il faut savoir que j’avais 52 ans quand j’ai commencé mon défi qui consiste à écrire un texte par jour –du lundi au vendredi– pendant dix ans. J’ai maintenant 60 ans. Entre ces deux chiffres, j’ai subi une chirurgie cardiaque, à 54 ans, et je suis passée à un fil d’en subir une deuxième le mois dernier. Suis-je plus épicurienne en m’avérant plus rebelle à l’égard de ce régime militaire ? Suis-je moins draconienne, moins encline à me soumettre à cette discipline de fer parce que j’apprends à vivre ou parce que je ramollis ? Je ne le sais pas.
Je vais probablement découvrir cependant, quand je vais me relire, que les textes que j’ai produits dans des conditions difficiles regorgent d’approximations, de tournages de coins ronds et d’imprécisions. Je risque fort de tomber sur des textes que je ne comprendrai même pas, que je vais lire en me demandant, avec dépit, où est-ce que je voulais en venir.
En décembre prochain, je retourne en France voir chouchou. J’espère avoir atteint la deuxième centaine de mon compte à rebours avant mon départ. Ça ne se peut pas que je ne l’atteigne pas, il reste quand même un bon 45 jours avant le 16 décembre. Je vais m’absenter 24 jours cette fois-ci. Je dis à mes amis que je pars trois semaines, mais mon mari rectifie en arrondissant jusqu’à un mois ! Je pense apporter mon ordinateur pour écrire quelques textes depuis l’Europe, mais je pense aussi qu’il est possible que ça ne me tente pas et que je ne l’apporte pas. Je risque de ne pas l’apporter, telle que je me connais, et de plutôt miser sur un petit effort qui me ferait atteindre un positionnement confortable sous la barre du chiffre 300 avant mon départ. Autrement dit, je pourrais être tentée de mettre les bouchées doubles d’ici le 16 décembre, pour atténuer le manque à gagner que constituent trois semaines –ou un mois– d’inactivité.
Que je m’y prenne n’importe comment, quoi qu’il en soit, la fin de ma neuvième année d’écriture se situe à la fin du mois d’avril 2020. Début mai, j’entrerai dans la dernière année de mon défi. Fin avril 2021, je l’aurai terminé.
– Qu’est-ce que tu vas faire quand tu auras terminé ?, me demande-t-on parfois.
– Je vais tout relire pour corriger.
Quand je m’entends formuler cette réponse, je ne suis pas certaine qu’elle soit réaliste !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s