Jour 319

26nov2011

Photo de papa et moi il y a une dizaine d’années. Je ne portais pas de frange. La monture de mes lunettes, certes un peu grosse, était quand même moins grosse que celle de maintenant. 

Je n’en suis pas revenue. J’étais en train de pousser papa dans son fauteuil roulant au rez-de-chaussée du CHSLD. Il a maintenant 89 ans et ressemble à un homme de 89 ans très diminué par la maladie de Parkinson. J’ai 60 ans, je porte des lunettes dont on pourrait dire que j’essaie de me cacher le visage derrière, tellement la monture prend toute la place. Je porte une frange assez courte étant allée chez la coiffeuse la semaine dernière, alors que papa est chauve sur le dessus de la tête… Au détour d’un corridor, un infirmier que je croisais pour la première fois s’étonne de nous voir si ressemblants :
– Oh la la ! Vous êtes de toute évidence la fille de monsieur, a-t-il lancé.
Je ne savais pas, à quinze ans, quand on me faisait immanquablement cette remarque, dans le grand Joliette, qu’on allait me la faire encore longtemps !
Je suis en train de lire Biographie du silence, un livre écrit par un prêtre et romancier espagnol que j’ai acheté au magasin de l’Abbaye de St-Jean-de-Matha cet été. C’est agréable à lire parce que c’est bien écrit. En gros, et sans surprise, il y est exprimé que pour ressentir la vie disons « véritable », à défaut de savoir comment décrire le flux d’énergie vitale qui est à la base de toute vie humaine, pour ne nommer que celle-là, il faut se détacher du tumulte, des actions, des distractions, il faut se recueillir dans le silence pour espérer se rencontrer ne serait-ce qu’une seconde, car la rencontre avec soi est fugace en titi. Je résume ici à traits grossiers les pages que j’ai lues, dans une phrase en outre trop longue, parce que je n’ai pas les connaissances qui me permettraient de m’exprimer mieux, avec plus de précision. Toujours est-il qu’hier, comme je ne m’endormais pas, je me suis concentrée non pas sur ma respiration, comme il est recommandé dans le livre, mais sur le tic tac de mon cœur dont les battements sont sonores, dans ma personne, à cause de ma valve. En me rendant ainsi attentive aux battements de mon cœur, je me suis rendu compte que je ne suis pas capable de laisser se produire un tic ou un tac sans que je ne reproduise le son, dans ma tête. C’est très difficile à expliquer, surtout à cette heure avancée.
Parallèlement, je lis un livre qui explique ce qu’est l’épigénétique. En gros, c’est une approche selon laquelle tout, sur terre, est énergie. Tout est vibrations. Cela peut expliquer ceci : les vibrations du son, lorsqu’une personne chante, se rendent frapper les vibrations des atomes du verre –il doit s’agir d’une coupe de cristal qui est à proximité du chanteur–, et cette rencontre fait en sorte que le verre éclate. L’épigénétique tend à prouver que nous sommes maîtres de nos vies et que nous n’avons pas à craindre les choses, il suffit de décider que ces choses –des maladies graves, par exemple– n’entrent pas dans nos vies, point final. Bien entendu, je ne sais pas ce que je pense de cette approche. J’espère y revenir pour vérifier que je suis capable de mieux résumer les pages que j’ingère depuis quelques jours.
– Tu lis un livre sur l’épigénétique ?, s’est étonnée mon amie de l’Île-Perrot. Qu’est-ce que c’est déjà, je ne m’en rappelle plus ?
Je n’ai pas été capable de répondre, tellement je ne savais pas par quel bout commencer !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s