Jour 559

43270248_2288328484711914_8949302846482808832_n

Via Rail, classe économique, cinq heures de trajet dans le confort, malgré ce que pourrait laisser entendre le qualificatif « économique ».

Mon interruption d’écriture a été causée par mon récent séjour à Toronto où je suis allée vivre quatre journées exceptionnelles d’amitié et d’abondance.
J’ai pris le train, c’est mon mari qui m’y a fait penser. Je m’apprêtais, une certaine peur au ventre, à m’y rendre en voiture.
– Il faut que je prenne la 401, c’est bien ça ?, ai-je commencé.
– Oui, j’espère qu’il n’y a pas de travaux qui pourraient en compliquer l’accès, habituellement c’est très facile, a-t-il répondu.
– Et si je fais une crevaison, ai-je enchaîné, est-ce que j’appelle le 911 ?
– Tu lèves le capot de ta voiture sur le bord de l’autoroute, m’a-t-il répondu, et quelqu’un va s’arrêter.
– Oui, mais si je ne désire pas déranger quelqu’un, j’appelle directement le 911 ?
– Oui, le 911 devrait pouvoir t’aider.
– Et là, qu’est-ce que je dis en anglais ? I made a flat ? Ça m’apparaît assez rudimentaire comme tournure.
– Bof, ils vont te comprendre, a répondu mon mari. Tu sais chérie à quel point mon anglais est rudimentaire, or je fais mon travail dans cette langue depuis plus de trente ans…
– Et comment je fais pour donner les coordonnées de ma localisation, si je dois m’arrêter  entre deux bornes kilométriques ?
– Pourquoi est-ce que tu ne prendrais pas le train, m’a-t-il alors suggéré, en me soulageant d’un poids qui, veux veux pas, était déjà bien installé sur mes épaules.
C’est ainsi que j’ai voyagé sans la moindre inquiétude, une fois passée celles d’arriver en retard à la gare –à l’aller et au retour.
Sur le chemin du retour, j’ai été chanceuse. Une place en direction contraire au sens du train m’avait été attribuée. J’arrive à cette place, voiture 5, allée 8, siège B, pour me faire offrir, par l’homme qui était déjà assis au siège A, de prendre plutôt la place de son collègue, assis un peu plus loin, de manière à ce qu’ils puissent profiter du voyage, les deux hommes, pour travailler ensemble sur un projet. Il a dit, en effet « … so that we could work on a project. »
No problem, ai-je répondu, that suits me, ai-je ajouté, pour faire comme si je parlais bien l’anglais.
Je me suis alors retrouvée assise dans le sens du train, le paysage défilant sous mes yeux comme si j’étais au volant de ma voiture, et non comme si j’étais assise –accroupie serait plus juste– dans l’espace de rangement arrière de ma petite Sonic, y regardant le paysage défiler à travers la vitre. Je sens ici que je perds une fois de plus mes lecteurs, alors je m’arrête là.
En transport en commun, de façon générale, j’essaie de ne pas socialiser avec la personne assise à mes côtés car si je regarde cette personne en tournant forcément la tête, ça me donne mal au cœur. Or, il s’est avéré que la dame, ma voisine, connaissait Etty Hillesum, l’auteure néerlandaise que je suis en train de lire. Relire serait plus juste, car j’ai lu le livre quand j’étais dans la trentaine.
– Est-elle devenue chrétienne ?, m’a-t-elle demandé sans plus d’introduction, profitant d’un moment pendant lequel je quittais mon livre des yeux pour reposer un tantinet ces derniers.
– Elle n’en a pas eu le temps !, me suis-je exclamée, elle est morte à vingt-sept ans !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s