Jour 562

GâteauMoka

Colonne gauche : gâteau Moka à la crème.

Pour en finir avec ces considérations culinaires qui n’intéressent peut-être pas tout le monde, j’ajoute brièvement ceci. Au-delà du fait de recevoir nos amis pour le plaisir de leur bonne compagnie, le but de notre souper était cette fois de partager la merveilleuse mixture que j’obtiens lorsque je fais cuire les raisins de notre vigne. L’année dernière, la mixture obtenue était tellement bonne que je l’avais servie toute nue, comme une compote de pommes. Dans une deuxième opération, j’avais fait cuire aussi les raisins juste assez pour en faire une version liquide à boire, un véritable élixir.
Cette année, n’ayant pas fait trop attention à l’état de la vigne, je suis sortie de bon matin avec une grosse casserole que je comptais remplir de grappes. J’ai à peine réussi à en couvrir le fond.
– Denauzier !, suis-je entrée pour exprimer ma déception à mon mari. Il n’y a pas de raisins cette année !
Bien entendu, je me suis aussitôt lancée dans des suppositions climatiques.
– L’été aura été tellement long, ai-je avancé, que les oiseaux et les écureuils et les dindes et même les souris auront eu besoin de manger nos fruits à défaut de trouver ailleurs suffisamment de nourriture. Tout aura séché.
– Chérie, il ne faut quand même pas exagérer.
Je suis revenue sur ce thème, lors du souper d’hier. Nous parlions d’élections. Nous étions deux couples à avoir déjà voté par anticipation.
– Allez-vous gagner vos élections ?, ai-je demandé juste pour ouvrir le sujet.
Auparavant, personne n’exprimait ses allégeances politiques. Je remarque que de plus en plus de gens acceptent d’en parler, mais avec nos amis hier, et comme ça arrive souvent dans les conversations échevelées, nous avons à peine effleuré le sujet.
– Vous ne pensez pas, comme moi, que peu importe le parti au pouvoir, c’est du pareil au même ?
– Qu’est-ce que tu veux dire ?, m’a demandé quelqu’une.
– Je veux dire que compte tenu des changements climatiques, ce seront eux qui dicteront leur loi. Au mieux, les partis suivront derrière, peinant à gérer les désordres de tous ordres qui vont se multiplier.
J’allais décliner les sortes de désordres qui me passaient par la tête lorsque mon interlocutrice, happée par sa voisine, a détourné la tête.
Qui vivra verra, comme le veut le dicton.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s