Jour 813

DSC_4702

Framboisier urbain pour terrasse.

J’aime le chiffre 13. J’essaie de trouver dans mes souvenirs un événement qui serait survenu quand j’avais 13 ans, soit il y a de cela 45 ans. Rien ne vient. J’avais déjà mes règles à 13 ans, je les ai eues à 11 ans alors que je fréquentais l’école primaire Les Mélèzes. J’avais déjà commencé l’école secondaire, au Séminaire de Joliette, je l’ai commencée à 12 ans. J’aime l’idée du 13 à la douzaine, quand on achète du blé d’Inde en épi directement du producteur, en ce sens que je n’ai jamais bénéficié de cette petite douceur au marché d’alimentation Métro ou Provigo. Quand je travaillais les premières années à l’université, mon numéro de poste téléphonique était le 1301, que je déclinais ainsi, treize zéro un. Après, ce fut le numéro 8873, qui contient phonétiquement le chiffre treize mais c’est tiré par les cheveux parce que je ne disais jamais que mon numéro de poste était le huit mille huit cent soixante-treize, je ne disais pas non plus que c’était le quatre-vingt-huit soixante-treize, je disais toujours, et comme tout le monde, huit huit sept trois.
Huit, c’est la marque française de soutien-gorge très légers que j’ai portés quand j’étais adolescente. Maintenant, je porte des soutien-gorge costauds comme si je partais en guerre, non pas que la taille de ma poitrine l’exige, mais plutôt parce que je trouve ces modèles confortables. En fait, à chaque fois que je suis sur le point de mettre un soutien-gorge costaud comme si je partais en guerre, habituellement en début de journée, j’entends ma voix intérieure qui se plaint, elle me dit « Oh non, pas ce gros attirail encore aujourd’hui », mais une fois l’attirail en place, après quelques contorsions car certains modèles sont dépourvus d’agrafes et doivent être passés au-dessus de ma tête, je ne ressens aucun inconfort. Huit, c’est encore le chiffre des unités dans mon âge, à savoir 58 ans. C’est le chiffre des dizaines dans l’âge de papa, à savoir 86 ans. J’allais écrire que huit c’est encore le nombre de plantes qu’il y a dans mon bureau, où je suis en ce moment, mais je me rends compte qu’il y en a neuf.
À propos des plantes, j’ai décidé de mettre mon orchidée dehors, sur la galerie avant orientée presque plein sud, mais comme il y a un lierre qui protège la galerie, elle est plutôt à l’ombre, mais bénéficie de plus de lumière que dans la maison. À propos des plantes encore, j’ai rempoté mon Anthurium cet après-midi. Il commençait à étouffer dans son pot de grosseur moyenne. Ne trouvant pas de pot plus gros à la maison, j’ai séparé les tiges en essayant de démêler les racines toutes emberlificotées, et grâce à ma patience légendaire je dispose maintenant de trois Anthurium au lieu d’un seul.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s