Jour 815

– Vous êtes une dame Lépine, n’est-ce pas ?, m’a demandé la cardiologue quand elle s’est glissée derrière le rideau pour venir interpréter les photos prises par la technicienne.
– Mme Longpré, a rectifié la technicienne avant que j’aie le temps d’ouvrir la bouche.
Il me semble avoir entendu le mot « anomalie » entre la technicienne et la cardiologue, quand cette dernière est enfin arrivée pour interpréter les résultats de l’échocardiographie. Or, sa seule courte phrase a été la suivante, au terme d’une vérification de trois secondes et quart :
– Tout est bien.
– Tout est bien ou tout est très bien ?, ai-je voulu m’assurer.
– C’est une question de nomenclature, a répondu la dame. Si vous voulez que ce soit très bien, je peux vous dire que c’est très bien. Mais pour nous, cardiologues, seul un cœur non opéré peut être très bien.
– Il n’y a rien à signaler, donc, ai-je répondu en m’y prenant autrement pour l’amener à me parler de l’anomalie.
– Rien à signaler. Tout est très bien, a-t-elle dit pour me rassurer. Nous allons vous rappeler l’an prochain, ou peut-être même dans deux ans seulement, tellement c’est très très bien.
Riche de ma bonne santé cardiaque et de ma découverte du livre paru chez Gallimard qui va me coûter 59 $ plus taxes, je suis sortie de l’hôpital en voulant faire plaisir, encore une fois, à mon Fitbit.
– Prends ton temps chérie, ne t’inquiète pas, j’ai plein de choses à faire pendant ton examen, m’avait dit mon mari en me déposant devant l’hôpital quelque deux heures plus tôt.
– Si c’est comme l’autre fois avec ma mère, avait-il ajouté, tu vas attendre trois heures avant que ce soit ton tour, de toute façon.
Sur ces paroles encore fraîches à ma mémoire, je suis donc partie au centre-ville à pied faire une transaction à la Banque de Montréal. Après la transaction, j’ai traversé la rue pour me rendre au Van Houtte, où je sais qu’il se trouve un appareil téléphonique public, objet sur le point d’entrer dans la catégorie des antiquités. J’ai glissé mes deux 25¢ pour obtenir la communication, mais le deuxième 25¢ a été rejeté. J’ai glissé à nouveau le deuxième 25¢ plus lentement, mais il a aussi été rejeté. J’ai essayé avec un troisième 25¢ qui traînait miraculeusement dans ma poche, et il a aussi été rejeté. On pourrait penser que l’objet antiquité fonctionnait comme encore plus autrefois avec un seul 25¢, or ce n’était pas le cas.
– Enfoncez bien votre pièce, continuait de dire la dame de sa voix automatisée au bout du fil.
J’ai fini par m’adresser à la jeune fille qui travaillait derrière le comptoir qui m’a transmis sans problème le téléphone du magasin.
– Chéri ?, fut mon premier mot à mon mari. Où es-tu ? Dis-moi où tu es et je vais aller te rejoindre, ai-je même ajouté, encore toute à l’élan d’avoir si bien marché.
– Je suis devant l’hôpital, a répondu mon mari, je t’attends depuis une demi-heure.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s