Jour 876

unnamed

Sur le lac cet après-midi. Je suis à l’arrière-plan. Boumboum à l’avant-plan. Denauzier derrière son appareil pour photographier. Le beau-frère déjà parti car il habite loin.

J’ai passé les trois jours du week-end avec trois hommes. J’étais la seule femme. Il y avait bien sûr Denauzier, le frère de Denauzier que nous appellerons Boumboum, et le beau-frère des deux frères. Nous étions au chalet de Boumboum, mais dans la famille on ne dit pas un chalet, on dit un « camp » en prononçant le « p ».
– Pourquoi t’appelle-ton Boumboum ?, ai-je demandé au principal intéressé.
– Parce qu’il est tellement fort, a répondu le beau-frère, que ça fait Boum ! quand il dépose quelque chose quelque part.
– Tellement fort ou tellement habile, a ajouté mon mari, que ça fait Boum ! quand ça tombe à terre.
On mesure par ces deux réponses le côté bon enfant des échanges qui ont été les nôtres pendant le week-end.
J’ai passé les trois jours du week-end avec Denauzier, Boumboum et le beau-frère dans les environs de la Manawan. Au programme, de la motoneige. J’avais prévu que le dimanche serait consacré à ma nouvelle passion, la marche.
– Si les hommes veulent partir en expédition, m’étais-je dit, je les laisserai partir sans me joindre à eux.
Ce matin à 9 heures, j’étais dehors par une température de -17°C. Je n’ai pas demandé à mon mari, avant de partir, s’il comptait faire de la motoneige puisqu’elle s’est brisée hier après-midi. Nous sommes revenus de notre expédition à petite vitesse, 30 km/heure, en roulant malgré qu’une bonne lisière du pont se soit arrachée on ne sait comment. J’en ai profité pour enlever mon casque sur la dernière portion du trajet et pour observer un peu mieux la nature.
Pour changer des décibels de la motoneige, j’ai voulu me concentrer sur le silence, ce matin, en marchant. J’ai lamentablement échoué. Mes bottes faisaient crisser la neige, première des choses. Une petite pièce métallique d’un bouton pression, situé près de mon oreille droite, faisait cling cling à chacun de mes pas. Mon cœur, quand je m’arrêtais pour goûter le silence, battait la chamade dans un cliquetis de valve plus prononcé que jamais. Mes oreilles bourdonnaient à cause de l’effort que je fournissais.
J’ai fait 16 000 pas non marchés au premier jour de notre séjour, 18 000 pas non marchés au deuxième jour c’est-à-dire hier, et 15 000 pas marchés bel et bien aujourd’hui. Quand je suis arrivée au « campe », j’étais complètement mouillée, et je dois dire pas mal fatiguée. Je suis donc allée m’asseoir sur le lac, comme on le voit sur la photo, pour me reposer. Je me suis dit, comme je me le dis souvent, que des gens naissent dans des pays en guerre en n’ayant aucune possibilité de goûter les délices de la nature, en passant le plus clair de leur temps à traquer la moindre nourriture, alors que je savoure l’air pur et la lumière extraordinaire sur un simple déplacement de deux heures en camion. J’ai exprimé à quel point nous étions chanceux à mes trois amis, hier midi. Nous étions dans le quand même assez chic établissement de la pourvoirie de Kanawata. Assez chic et assez éloigné des routes pour qu’on y vienne en motoneiges, bien sûr, mais aussi en hélicoptère. Nous sommes arrivés au moment où un appareil s’envolait au-dessus de nos têtes dans un  important déplacement de neige.
– Difficile d’imaginer mieux, ai-je dit à mes compères, alors que nous attendions le repas que nous avions commandé.
– Le paradis !, ont répondu les trois hommes exactement en même temps.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s