Jour 914

emmanuel_carrere_2

Emmanuel Carrère en 2012, 55 ans, photo provenant de la page Wikipédia.

Je suis en train de lire L’adversaire, un texte écrit par Emmanuel Carrère. Le livre traînait sur ma table de chevet, dans une pile d’une petite dizaine de livres. Je l’ai commencé hier soir, j’en ai lu une cinquantaine de pages avant de m’endormir, pendant que Denauzier faisait déjà dodo. J’en ai lu encore un chapitre ou deux ce matin au CLSC, où je devais me rendre pour une prise de sang mensuelle. La pile de livres a été volontairement oubliée à la maison par la plus jeune des filles de Denauzier, je pense, et je dirais qu’il s’agit des livres qu’elle devait lire pour ses cours de français au cégep. C’est le premier livre que je lis de cet auteur. Je feuillette les premières pages, les dernières, et nulle part il n’est fait mention qu’il s’agit d’un roman. Je me suis demandé à quoi j’avais affaire, hier soir dès les premières pages, parce que l’auteur écrit son récit à la troisième personne, puis il s’immisce dans l’histoire à la première personne. Comme cela m’arrive souvent, j’ai demandé à Wikipédia de m’éclairer pour en avoir le cœur net. Je trouve que je lis mieux une œuvre quand j’en connais le contexte. Il ne s’agit pas d’un roman. Le récit est celui d’une histoire vraie, l’histoire de Jean-Claude Romand, un homme originaire du Jura qui a tué, en janvier 1993, ses parents, ses deux enfants et sa femme, quand il n’a plus été capable de supporter la peur qu’on découvre qu’il s’était inventé une vie. La fausse vie a duré dix-huit ans. On le croyait médecin chercheur à l’Organisation Mondiale de la Santé, or il n’avait pas fait ses études de médecine. Plutôt que de se rendre travailler tous les jours à l’OMS, il se rendait marcher dans la forêt ou passer du temps dans son véhicule dans des stationnements publics. Au fil des pages, on découvre l’ampleur de son mensonge : sa femme a reçu des bouquets de fleurs des collègues de l’OMS quand elle a accouché. Elle leur a écrit pour les remercier, de même qu’elle leur transmettait des vœux de bonne année à chaque année. Du temps de ses études, il fréquentait un groupe d’étudiants en médecine. Il était assez terne, de personnalité, alors on remarquait plus ou moins qu’il était, ou n’était pas présent dans le groupe, lors des examens, par exemple. Il se rendait à la salle où avait lieu l’examen, mais utilisant un quelconque subterfuge il n’entrait pas dans la salle, il revenait quelques heures plus tard quand le groupe en sortait, et se mêlait aux autres en faisant comme s’il venait, lui aussi, de se mesurer à l’épreuve. Ses amis ont eu le choc de leur vie en apprenant l’horreur qu’il avait infligée à ses proches, ses amis qui voyaient en lui un homme équilibré, modeste comme peuvent l’être les gens doués qui se consacrent d’abord et avant tout à leur art, à leur profession. Car c’est l’idée qu’on se faisait de cet homme, on le percevait tel un individu hors du commun qui se mêle peu aux autres parce que ses aspirations le placent au-dessus de la mêlée. Wiki m’informe que ce livre a constitué un tournant dans la carrière de l’auteur, qui a mis sept ans avant d’arriver à un résultat fini publié. Effectivement, le drame a eu lieu en 1993, et la publication, initialement chez P.O.L., a eu lieu en 2000. Je ne suis pas assez avancée dans ma lecture pour m’en rendre compte, mais il semble que ce récit contienne aussi une réflexion de l’auteur sur la nécessité de laisser s’écouler du temps, dans l’élaboration de toute œuvre. À suivre.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s