Jour 947

Voici ce qui arrive lorsque deux bandeaux se rencontrent.

Voici ce qui arrive lorsque deux bandeaux se rencontrent.

Je n’ai pas été généreuse hier à l’égard de mes spaghettis entortillés. Je les ai sévèrement critiqués, les traitant d’ennuyants, de pas vivants. Je vais essayer, ce soir, de les présenter positivement. Je vais faire comme si j’étais une belle et jeune actrice dans un film de Woody Allen, le film que j’ai vu cet après-midi, La haute société, dans lequel les personnages ne sont à aucun moment, c’est ce qu’il m’a semblé, bloqués par leurs limitations. J’essayais de faire part de mes impressions à Bibi et à tantine, alors que nous sortions du cinéma. Tantine n’avait pas d’avis parce qu’elle a dormi tout le long. Je cherchais le mot approprié, dans mon cerveau, or il résistait à ma recherche, jusqu’à ce que je le trouve enfin :
– Les personnages sont sans limite !, me suis-je exclamée, soulagée d’avoir enfin trouvé le mot qui exprimait mon idée.
– Qu’est-ce que tu veux dire ?, a demandé Bibi.
– Les personnages réussissent, leur parcours mène au succès, ils ne sont pas hésitants, ils savent en tout temps ce qu’il convient de répondre en fonction de la situation dans laquelle ils se trouvent. Ils ont du mouvement, ils vont de l’avant, ils sont capables d’interagir avec les gens en tout temps, on ne les voit pas avoir besoin de se retirer pour se recentrer…
– Il ne faut pas oublier que c’est un film, a répondu Bibi en m’interrompant parce qu’elle me connaît et qu’elle savait que j’aurais pu continuer longtemps.
Donc, les bandeaux, positivement. Le premier, qui apparaît à gauche sur la photo, est le résultat d’une recherche qui n’a pas trouvé son sujet. Il est l’expression d’une recherche vaine, il réunit une somme de gestes dont j’espérais que l’un d’eux s’avère un déclencheur. Il est la concrétisation de tentatives qui tombent à plat. Il exprime une manière de combler le temps avec des lignes et des couleurs, lorsque le temps qui s’écoule ne recèle aucune étincelle. Je vais un peu loin mais j’ose y aller : le bandeau de gauche dévoile la personne que je suis quand, tel un véhicule, je roule au neutre, quand l’inspiration, la vie, l’énergie ne viennent pas me visiter. Vu sous cet angle, ce bandeau contient des richesses dans la rencontre par exemple de ses lignes, dans le comblement des masses, dans la répétition des formes rouges qui, parce qu’elles attirent l’attention, atténuent la maigreur du sujet central.
Parce qu’il reçoit son impulsion du bandeau situé à gauche, le bandeau à droite n’est déjà plus le résultat d’une Lynda qui roule au neutre. Il est animé dès le départ par le désir de couvrir la surface de lignes tortueuses qui s’accumuleront les unes sur les autres. Il se veut la somme de lignes provenant d’autant de moniteurs cardiaques. Il exprime résolument la vie puisque aucune ligne droite n’y apparaît. Je n’avais aucune envie de glisser une ligne droite, étale, parmi les autres en dentelle.
– Il y a beaucoup de dentelles et beaucoup de couleurs, a justement dit mon mari à propos du deuxième bandeau. Il s’en brasse des affaires là-dedans, presque autant que dans le cerveau de ma femme !, s’est-il exclamé. Comment ça s’intitule ?, a-t-il ajouté.
– Peut-être La traversée du désert ?, ai-je répondu, en ne sachant pas, bien entendu, que de tels mots allaient sortir de ma bouche.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s