Jour 1 105

Ai-je mentionné que je travaille sur deux beaux poissons en ce moment ? Ils ont pris forme sur deux restants de toile qui font chacun 28" de long X 3" de large.
– Donc, me dit Denauzier, tu t’es lancée dans un diptyque.
Les poissons occupent toute la surface et la surface avait été au préalable couverte de restants d’acrylique de différentes couleurs. Comme je le fais tout le temps. J’ai tracé les poissons d’abord au crayon à la mine, puis, quand j’ai obtenu quelque chose d’à peu près ressemblant à des poissons, j’ai couvert d’acrylique noire, avec un pinceau fin, les lignes qui avaient été tracées à la mine. J’aime assez le résultat, mais il me reste de la finition à apporter et peut-être un rehaussement de l’ensemble avec de la couleur violet diluée dans de l’eau. Je vais peut-être y travailler demain car on annonce de la pluie.
Je me suis rendue hier au magasin Tissus Matha, en plein centre du village, pour acheter une fermeture éclair. J’ai beaucoup hésité entre le bleu acier, le marine et le noir, et finalement, et sur la recommandation de la vendeuse, j’ai acheté la fermeture de couleur bleu acier. J’entends réunir mes deux toiles par cette fermeture. J’espère être capable de coudre de manière stable, avec des points de la même longueur et qui formeront une ligne droite. Après Tissus Matha, j’ai traversé la rue pour me rendre chez ma belle-maman, où nous allions souper, mon mari et moi. Mon mari est arrivé un peu après moi, il faisait des courses de son bord pendant que je faisais des courses de mon bord. J’ai profité du moment passé seule avec belle-maman pour lui montrer mes poissons et lui expliquer mon projet de relier les deux toiles avec la fermeture éclair.
– Hum hum, a-t-elle dit à la fin de mon explication.
– C’est comme les griottes, lui ai-je dit en souriant.
– Les quoi ?, a-t-elle répondu.
– Les griottes. Vous savez, les griottes séchées, que je vous ai apportées l’autre fois ?
– Ah oui ! Ça ressemblait à des cerises, c’est ça ?
– Exact.
– Quel est le rapport avec les cerises ?, me demande-t-elle.
– Vous aimez autant mes poissons que vous avez aimé les cerises, ai-je répondu pour la taquiner.
Elle a goûté à une griotte, peut-être deux, pour me faire plaisir, et après j’ai vidé le sac.
– Si vous voulez, je vais les installer sur votre mur, quand je les aurai terminés, ai-je ajouté.
Elle s’est mise à rire, peut-être un peu jaune, elle ne me connaît pas encore et elle a peut-être eu peur que j’insiste pour qu’elle les garde, et les expose, chez elle.
Mais je ne serais pas intéressée à donner mes poissons. Ils forment effectivement un diptyque, qui va avec mon premier diptyque d’échassiers, et je pense me lancer dans un triptyque de caribous après les poissons. Je voudrais laisser les trois espèces cohabiter sur un mur de la maison pendant un certain temps avant de penser m’en départir.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s