Jour 1 219

Un périple de trois jours

Un périple de trois jours

Mince ! Je me suis trompée ! Je n’ai pas encore atteint le millième texte, il me reste dix-neuf textes à écrire avant d’y arriver, en excluant le texte d’aujourd’hui qui n’est pas encore écrit. J’approche chaque fois mon ordinateur comme j’approche mes feuilles à dessin ou mes toiles. Je les approche avec élan, avec l’espoir de créer de manière satisfaisante et d’être la première nourrie par ces créations. Une fois installée à mon bureau, je me mets à taper, ou à dessiner, et mes espoirs parfois se concrétisent et me stimulent, mais parfois aussi s’évaporent.
Ce week-end, Denauzier m’a proposé une activité qui me change de mes occupations régulières.
– Que dirais-tu que l’on se rende en ski-doo chez ma fille qui nous invite à souper ?, m’a-t-il demandé samedi en début de journée.
– Génial !, ai-je répondu, réellement tentée par cette nouvelle aventure –qui me replonge dans mon passé puisque nous faisions de la motoneige en famille quand j’étais une jeune adolescente. J’ai écrit à ce sujet récemment.
– Nous allons partir au plus tard à 15 heures, m’a informée mon mari, pour arriver vers 16 heures.
– Ça prend une heure se rendre à Ste-Marcelline en motoneige, alors que ça prend un petit vingt minutes en auto ?
– Oui. Habille-toi chaudement. Si tu as l’intention de porter ces pantalons –mes pantalons de nylon doublés d’un épais coton ouaté, achetés autrefois au rayon des enfants, ça aussi je l’ai écrit dans un texte moins récent–, tu devrais prévoir une autre paire en-dessous, ou alors des combines, celles que je t’ai données l’an dernier.
Je me suis retrouvée très très très habillée. Je n’ai pas eu froid pour la promenade qui nous a pris deux heures, tellement les pistes étaient en mauvais état par manque de neige. J’ai aimé mon expérience, au-delà de ce que j’aurais imaginé. Avoir fait la même randonnée avec de la neige en quantité suffisante, je pense que je ne serais pas loin d’avoir adoré. J’ai même dit à mon mari que s’il envisageait une randonnée en Gaspésie, un hiver qu’il y aurait de la neige, je serais partante. Je n’adorerais pas, cependant, être les propriétaires des maisons dont les pistes passent à proximité, à tel point que l’on peut voir ce qui se passe dans les cuisines.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s