Jour 1 229

Emma est arrivée de Montréal enrhumée, mais encore capable, le dimanche soir, de jouer aux cartes. Nous jouons, je pense l’avoir déjà écrit, à un jeu ultra simplissime qui s’appelle l’Horloge et qui a été enseigné à Bibi par une dame qui a plus de 90 ans. Au terme d’une partie ou deux d’Horloge, voilà Emma qui dit avoir l’impression de souffrir de la maladie de Parkinson tellement elle est secouée de frissons. Elle se rend s’étendre sur le canapé et maman lui sort une grosse doudou douce qui, dès lors qu’elle fut étendue sur chouchou, ne l’a plus quittée. Encore ici je replonge dans le passé, une fois qu’Emma avait eu un gros rhume. Allant la voir pour prendre de ses nouvelles, dans sa petite chambre dans son petit lit, au lieu de parler en réponse à ma question Comment ça va chérie ?, elle n’avait que bougé la main d’un mouvement qui voulait dire Je vais très moyen et j’ai des lames de rasoir dans la gorge. Dimanche soir dernier, Emma allait encore une fois très moyen sous l’effet des lames de rasoir dans la gorge. Je suis allée lui chercher un oreiller pour qu’elle s’y appuie la tête, mais elle ne l’a pas utilisé et s’est retrouvée la tête directement appuyée sur l’accoudoir. Pas folle, la chienne Nickie s’est étendue, elle, sur l’oreiller, aux pieds de chouchou. Me rappelant que nous avons passé des jours à éponger le front de papa avec de l’eau froide, l’été dernier à l’hôpital, parce qu’il faisait aussi chaud dans sa chambre que dans un four, j’ai demandé à Emma si elle voulait que je lui apporte une débarbouillette et des glaçons pour l’aider à faire baisser la fièvre. Elle a dit oui. Voilà alors chouchou la tête appuyée sur l’accoudoir, le front recouvert de la débarbouillette, lovée en chien de fusil sous la doudou. Ouille ! Ça n’allait pas fort ! Par un miracle de la vie, j’avais rendez-vous pour la première fois avec mon nouveau médecin de famille, à Joliette le lendemain lundi. Nous avons procédé de la même manière que pour la coiffeuse, quoique l’événement coiffure se soit produit trois jours plus tard, le jeudi. J’ai demandé au médecin, quand ce fut mon tour de passer dans son cabinet, si elle acceptait de voir ma fille à la place, et j’ai proposé de prendre pour moi-même un autre rendez-vous plus tard. Le médecin a accepté de nous voir toutes les deux. Chouchou souffre d’une laryngite. Comme elle a naturellement le teint très blanc, elle est repartie hier pour Montréal un peu plus blanche que d’habitude, bien coiffée, la gorge encore sensible, comme son cœur, dans le sens métaphorique et non organique.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s