Jour 1 179

J’ai trouvé dans la maison de Denauzier, où il y a quand même peu de livres, le guide Marabout des 100 livres qu’il faut avoir lus dans sa vie, une édition de 1989. Voilà mon nouveau défi, moi qui déplorais hier ne pas m’en être fixé étant jeune, lire ces 100 livres, parallèlement au défi de l’écriture quotidienne. Je considère qu’une personne ayant étudié, comme moi, en littérature pendant tant d’années, devrait les avoir tous déjà lus, mais ce n’est pas le cas. Me basant sur l’adage selon lequel il n’est jamais trop tard pour bien faire, je me lance dans cette nouvelle aventure, mais je ne me donne pas de délai pour l’atteindre. Certains livres seront difficiles à trouver, d’autant qu’il n’y a pas de librairie de livres neufs à Joliette –en lock-out en ce moment–, et que la petite section de livres usagés que j’ai trouvée dans un magasin de CD et de DVD de seconde main, à la Place-Bourget, ne contient pas grand-chose, quoique j’y aie acheté, en le marchandant, Un ange cornu avec des ailes de tôle, publié chez Actes Sud, que j’ai payé 7$ au lieu de 9$. J’ai acheté à l’état neuf, récemment, La traversée du malheur, toujours chez Actes Sud, et l’ai payé 23,95$. L’Ange cornu est plus épais, je ne sais pas si cela influe sur le prix, mais il est aussi très sale, d’où ma négociation avec le vendeur. Comme je ne suis pas dédaigneuse, quoique très sale, je l’ai acheté pareil. Pour trouver les 100 livres du guide Marabout, je pourrai aussi m’abonner, car ce n’est pas encore fait, à la bibliothèque de St-Jean-de-Matha, et à la bibliothèque Rina-Lasnier du grand Joliette. J’ai déjà eu l’occasion de consulter un guide semblable, il y a longtemps, je me demande si la proposition des 100 livres ne provenait pas de Bernard Pivot, toujours est-il qu’il n’y avait à peu près aucun livre qui me disait quelque chose, tandis que dans mon nouveau guide Marabout, il y a je dirais la moitié des livres que j’ai déjà lue. Ce doit être un guide conçu pour les huit ans et plus –j’exagère, disons pour le niveau de l’école secondaire– car il est écrit sur la couverture, bien visible dans un bandeau vert, Parascolaire – Culture générale. De cette moitié de livres que j’ai déjà lue, il y en a une bonne quantité dont je ne me rappelle rien. Chaque livre est présenté par un résumé de l’histoire et par des informations relatives à l’auteur et, entre autres, au courant littéraire. Ainsi, en parcourant les quelques pages du guide consacrées à Guy de Maupassant, dont j’ai lu la nouvelle proposée, Le Horla, j’ai appris que Maupassant avait beaucoup appris de Flaubert, dont l’œuvre choisie est L’éducation sentimentale, que j’ai justement achetée au Renaud-Bray samedi dernier pour 6,95$ dans la collection Folio ! J’ai acheté ce Flaubert en me rappelant que Bibi, l’ayant lu, m’avait dit que c’était un livre dans lequel il ne se passait rien. Or, quand il n’y a pas d’action, j’ai beaucoup de difficulté, pour une fille qui a étudié la littérature c’est quand même surprenant, à suivre le fil. J’ai donc acheté Flaubert en voulant tester si j’allais être capable de passer à travers, en espérant que ce ne soit pas aussi difficile à lire, cette absence d’action, que Marcel Proust, dont mes quelques tentatives ne sont jamais allées plus loin qu’À l’ombre des jeunes filles en fleurs.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s