Jour 1 191

Le temps fort de ma journée d’hier a été mon arrivée chez ma tantinette. J’étais invitée à y passer une partie de l’après-midi pour jouer au Chromino et ensuite aller dans un restaurant souper entre femmes, elle et moi, laissant seul le tonton. Ce n’est pas arrivé souvent que nous soupions seules au restaurant, elle et moi. J’étais accompagnée de Nicky notre chienne, sans avoir annoncé aux tonton tantine que j’arriverais accompagnée. J’ai téléphoné plusieurs fois avant de quitter la maison pour demander si cela allait créer des ennuis, mais la ligne était toujours occupée. La dernière fois que j’ai fait cela, arriver avec Nicky, la personne chez qui on se rendait, Denauzier et moi, n’était pas enchantée de découvrir à nos pieds une boule de poils qui allait sauter sur les divans. Nicky ne saute pas sur les divans, elle est trop vieille pour en avoir le swing ! En cours de route, me rendant chez tantine, j’ai pris la peine d’acheter une boîte de chocolats pour mieux faire accepter mon accompagnatrice. Mais il va de soi que j’aurais acheté la boîte de toute façon. Je voulais acheter une boîte de chocolats de la St-Valentin en forme de cœur, parce que le cœur signifiait que je les aime, mais la marchandise de la St-Valentin a été retirée des tablettes et maintenant ce sont les chocolats de Pâques qui sont offerts. J’ai donc acheté un contenant de plastique en forme de lapin qui contient des Rocher Ferrero. Comme Nicky s’est jointe à nous et que tonton et tantine ont aussi un chien, il est faux d’avoir écrit ci-haut que nous avons laissé tonton seul pendant que nous étions au restaurant. Il est resté avec les deux chiennes.
– Oh ! tu as amené Nicky s’est exclamée ma tantine depuis sa galerie à peine étais-je sortie de l’auto.
– J’espère que ça ne dérange pas ?, ai-je demandé.
– Elle est moins maigre que la dernière fois que je l’ai vue, a dit tonton.
– C’est peut-être parce que son poil a allongé ?, ai-je répondu.
– Est-ce qu’elle va vouloir manger des biscuits de chien ?, a demandé ma tantine. Est-ce qu’elle a le droit ?, a-t-elle ajouté, sachant que la chienne est diabétique.
– Je lui ai apporté de la nourriture, ai-je répondu.
– Lili, a enchaîné ma tantine sur un ton qui se voulait autoritaire, sois gentille avec ta cousine.
– Regarde, a-t-elle dit à son mari, les deux amies font connaissance.
Les deux chiennes se tenaient effectivement l’une en face de l’autre et se jaugeaient du regard.
– Grrrr, a commencé la petite Lili.
– Lili !, s’est exclamée sa maîtresse, sois gentille. On ne grogne pas après sa cousine !
Les deux chiennes se promenaient d’une pièce à l’autre, légèrement excitées, et ma tantine les suivait en continuant de s’exclamer que c’était une bonne idée d’avoir amené une amie pour Lili.
Mon oncle et ma tante ont, lui quatre-vingts ans, et elle soixante-dix-neuf. Tel est le mystère du corps humain, dans son aspect physique. Il vieillit, se fragilise, n’obéit plus à tous les mouvements, pendant que l’intérieur du corps, que je ne sais comment définir, s’agit-il de l’âme, de l’esprit, du coeur dans le sens affectif, des sentiments…, pendant que l’intérieur du corps demeure jeune, imperméable au temps. Je me sens comme une éternelle adolescente, intérieurement, et je dirais qu’hier ma tantine était encore plus jeune.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s