Jour 1 483

Ici, un onesie qui a du swag.

Ici, un onesie qui a du swag.

Je suis allée dîner avec Emma au chic Percé de l’avenue Vincent-d’Indy. J’ai mangé une truite grillée trop grillée et Emma une salade César. Ce fut le meilleur moment de ma journée. Comme nous allions quitter le restaurant, nous étions en train d’enfiler nos manteaux, Emma m’a dit qu’elle aimerait que j’achète une Wii ou Just Dance pour qu’elle puisse faire un peu d’exercice. Elle m’a exprimé son désir de la manière suivante :
– Maman, étant donné que je ne fais pas de bicyclette en hiver, je serais down pour jouer à la Wii, ou à Just Dance.
– Qu’est-ce que ça veut dire, être down ? Est-ce que ça veut dire que tu es up pour faire de l’exercice ?
– C’est en plein ça. Down ça peut vouloir dire que tu es willing, mais aussi ça peut vouloir dire que tu es depressed.
Je me suis trouvée bonne d’avoir compris par déduction inversée.
– C’est comme le onesie, ai-je mentionné comme nous étions rendues à la caisse.
– Qu’est-ce que tu veux dire ?, m’a demandé Emma.
– Bien, c’est un nouveau mot que tu utilises et que je ne connaissais pas. Je l’ai cherché sur Internet.
– Et qu’est-ce que tu as trouvé ?
– Des tas de pyjamas à vendre. Des une pièce que nous appelions des jump suits dans mon jeune temps, des combinaisons que portaient autrefois nos grands-pères, avec un rabat à l’arrière pour faciliter l’évacuation…
– Ça va maman.
– J’en ai même trouvé qui ont des capuchons.
– Je te signale que celui que tu portais, quand je t’ai prise en photo, avait un capuchon.
C’est alors que j’ai réalisé que le one piece que je portais, one piece étant ici l’expression utilisée par Emma, sur lequel il est écrit SWAG, comme ont du swag les chanteurs de Pentatonix qui portent un bonnet pendouillant, c’est alors que j’ai réalisé, donc, quand Emma m’a prise en photo mardi dernier, que je portais un onesie.
Fiou ! Je ne suis pas certaine de pouvoir assimiler autant de new english words sur une base à long terme, et encore moins de savoir s’il faut les interpréter dans leur sens de base ou dans leur sens contraire.
J’ai quitté chouchou au métro Édouard-Montpetit. J’ai poursuivi mon chemin jusqu’à mon bureau en me demandant, non sans une certaine appréhension, comment allaient parler les jeunes dans dix ans.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s