Jour 1 249

Édition de luxe

Édition de luxe

J’ai eu beaucoup de succès avec mon questionnaire. Une fois de plus, ce sont les grandes pattes d’ours qui ont capté le plus mon attention. Mon mari n’a pas participé, d’abord parce qu’il connaissait toutes les questions et les réponses, ensuite parce qu’il était trop occupé à ramasser la vaisselle et la nourriture. Au début, j’ai demandé aux participants de lever la main lorsque la personne désignée ne connaissait pas la réponse, pour que tout le monde ne se mette pas à crier en même temps. À ma grande surprise, mon frère était souvent le premier à lever la main. Je me serais attendue à ce que ce soit Bibi, quoique Bibi a répondu avec un enthousiasme non feint à la charade qui portait sur Prométhée. Au bout d’un moment, les grandes pattes d’ours a laissé s’échapper une réponse sans lever la main. Puis une autre. Il a fallu que je fasse un appel à l’ordre pour tranquilliser ma troupe qui s’échauffait de plus en plus. À la fin de l’exercice, j’avais mal à la gorge parce que je n’ai pas l’habitude de parler fort. Les participants étaient assis en cercle autour de moi dans le salon sur les canapés, fauteuils, poufs et chaises de bureau à roulettes. Il y en avait aussi qui étaient assis directement sur le plancher. Le déroulement de l’exercice était le suivant, effectué dans le sens des aiguilles d’une montre, de gauche à droite. J’ai posé une première question. La personne à mon extrême gauche a répondu. Deuxième question. Deuxième personne à ma gauche. Troisième question, troisième personne. Cette troisième personne n’a pas trouvé la réponse, qui portait sur une traduction du latin au français, donc il y a eu un appel à tous, donc ceux qui trouvaient la réponse devaient lever la main, donc je devais bien observer qui levait la main en premier, ou plutôt le bras. C’était souvent les pattes d’ours, à ma grande surprise, et non Bibi, alors je lui cédais la parole. Chaque bonne réponse se méritait un cadeau. Bien entendu, nous nous sommes arrangés pour que tout le monde ait un premier cadeau avant de laisser les fournisseurs de bonnes réponses obtenir un deuxième cadeau. Comme nous avions beaucoup de cadeaux, tout le monde a fini par en avoir un deuxième. En bout de ligne, seul mon frère en a eu trois. Il s’est intéressé à un grand cadeau, au seul cadeau plus grand que les autres. J’ai dit devant le groupe que c’était normal qu’il s’y intéresse, étant lui-même le plus grand. Plus grande personne, plus grand cadeau. Il se l’est fait voler, mais il a pu se le réapproprier. Je savais que c’était une édition de luxe du Monopoly, cadeau apporté par Bibi, et j’ai eu peur qu’il soit déçu, mais quand il l’a déballé il s’est montré très heureux. Il l’a regardé avec tendresse, le flattant quasiment et s’exclamant que les billets de banque n’avaient jamais servi. Nous aurons donc au programme, en 2016, une partie de Monopoly chez mon frère. Il a aussi reçu de jolies tasses à expresso, alors nous jouerons en buvant du café.
À la fin du jeu, je me suis rendu compte que le seul problème, ayant organisé toute la patente, c’est que je n’ai pas reçu de cadeau ! Mince !

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s