Jour 1 505

Quel est l’effort de bord de vivre dans deux maisons, soit celle de Denauzier à la campagne, et la mienne à Montréal ? Car les lecteurs auront compris que j’ai pas mal délaissée celle que je possède à la campagne. L’effet de bord, c’est que a) j’oublie mes affaires chez Denauzier quand j’en ai besoin à Montréal, et que b) j’oublie mes affaires à Montréal quand j’en ai besoin chez Denauzier. Il y a aussi un autre cas de figure en lien avec l’oubli, qui n’a rien à voir avec Denauzier : c) j’oublie mes affaires au bureau quand j’en ai besoin à mon appartement à Montréal, et d) je les oublie à mon appartement à Montréal quand j’en ai besoin à mon bureau. Hier soir, la situation c) a prévalu. Il était aux alentours de 20h, j’étais à la maison, quand je me suis rendu compte que j’avais oublié mes comprimés de Coumadin au bureau. Mince. Je n’ai pas voulu passer une journée sans les prendre. Alors je suis retournée au travail, en voiture, et j’en ai profité pour adjoindre à mon déplacement des petits défis qui sont minuscules par rapport au projet gigantesque du Oui mais. D’abord, je me suis mise au défi de vérifier quelle est la distance entre ma maison et le métro Villa-Maria. Ça fait cent fois que j’y pense, que je commence l’exercice, mais je l’oublie à peine ai-je tourné sur la rue Monkland. Hier cependant j’ai fait attention :  je peux donc affirmer aujourd’hui qu’il y a exactement une distance de un (1) km. Pas si mal pour ma santé, je marche 2 km par jour travaillé. J’ai aussi fait le plein d’essence. Et je suis passée à la banque faire une mise à jour de mes transactions. Mais ce que j’ai le plus aimé, c’est que je suis tombée nez à nez sur une collègue, une fois dans le pavillon, que je ne vois jamais et avec laquelle j’ai piqué une petite jasette. Comme elle m’a demandé des nouvelles de ma fille, nous avons parlé de ma fille, tant et si bien que nous avons trouvé quel sera son avenir professionnel : Emma sera chercheure universitaire, mais nous ne savons pas encore dans quel domaine, à savoir musical ou scientifique. Une fois cela acquis, ma collègue et moi nous sommes quittées, je suis montée à mon bureau, je me suis laissée distraire par ceci cela, tant et si bien que j’ai failli repartir sans mes comprimés de Coumadin. De retour à la maison, Emma est arrivée et nous avons parlé un petit moment. Je ne lui ai pas dit que son parcours professionnel était tout tracé. De fil en aiguille, je me suis couchée tard. Et mon réveil-matin n’a pas sonné. Alors aujourd’hui je suis arrivée en retard, drôlement en retard, à une réunion matinale.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée, publiée dans 2 200 textes en 10 ans, est marquée , , , , , , , . Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s