Jour 1 744

Deuxième jour de travail depuis la convalescence. Je ne suis pas arrivée maquillée, mais je porte des collants de couleur marine sur ma robe noir et blanc, pensant bien entendu qu’ils étaient noirs. C’est qu’on ne voit rien dans la maison, même les lumières allumées, à six heures et demie le matin, quand je m’habille. Avant de me rendre à l’université, j’ai fait un détour à l’Hôtel-Dieu pour le suivi du Coumadin : 2,9, c’est au beau milieu de l’écart qui m’est permis. Donc, mon prochain rendez-vous ne sera que dans un mois. Thanks God, comme dirait mon amie Thrissa.
– Docteur, ai-je commencé en me programmant pour parler vite car les cardiologues sont des gens pressés et je souffre moi-même de parler trop lentement, ma valve ne bat plus régulièrement comme avant. On dirait qu’elle s’accroche, qu’elle tourne sur elle-même, qu’elle…
– Ce doit être l’estlasystole, m’interrompt le cardiologue en appuyant ses doigts sur mon poignet pour prendre mon pouls.
Je le laisse se concentrer et calculer, puis je poursuis :
– La quoi ?
– Estlasystole, ce n’est rien. Revenez dans un mois, enchaîne-t-il en refermant et me redonnant mon calendrier Coumadin.
Je comprends tout d’un coup, me faisant la réflexion que l’homme est asiatique, qu’il veut dire Extrasystole.
– Extrasystole !, m’exclamé-je. Ai-je des raisons de m’inquiéter ? Pourquoi ma valve n’est-elle plus régulière comme avant ?
– Parlez-en à votre médecin, me dit mon interlocuteur.
– Je ne le vois que dans six mois.
– Revenez dans un mois, de toute façon vous êtes protégée par le Coumadin.
– Bof, me suis-je dit en sortant du petit bureau où s’effectue mon suivi mensuel. J’ai au moins mon bracelet MédicAlerte, si jamais je tombe à terre quelque part sous l’effet de l’estlasystole.
Arrivée au bureau, je téléphone à une clinique pour une prise de rendez-vous avec un autre spécialiste de la santé, pour une autre affaire.
– Les prochains rendez-vous disponibles sont en mars 2015, me dit la dame au téléphone.
J’ai failli répondre Bof, bof, mais je me suis retenue juste à temps.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans 2 200 textes en 10 ans. Mettre ce permalien en signet.

2 réponses à Jour 1 744

  1. Estladinaire… qu’on abandonne comme ça de grandes opérées à leur sort!

    Si c’était Couillard qui avait subi cette opération… il aurait une infirmière qui passerait le voir
    à la maison chaque semaine… ou chaque jour? Enfin, bref, .. je voulais juste plugger le premier mot.

    J’aime

  2. Badouz dit :

    Estladinaire. Comme l’aurait dit Sol ?

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s