RVM – 20

J’ai adoré le médecin de la clinique Suivi du Coumadin, ce matin. En passant, je me suis maintenue à 3,5, c’est une bénédiction. Et la cicatrice me pique moins. J’ai appliqué hier une grosse quantité de vitamine E, en gel, qui a taché le devant de ma robe.
– Est-ce que je vous connais ?, m’a demandé le médecin comme je prenais place sur la chaise devant lui.
– Un peu, lui dis-je. Nous nous sommes vus le jour de ma coronarographie, en mai dernier. J’étais avec mon compagnon. Vous nous avez fait attendre longtemps. Quand nous sommes enfin arrivés à votre bureau, qui n’était pas celui-ci, vous étiez essoufflé, je dirais même échevelé. Vous nous avez dit, pour vous excuser, qu’en raison d’une urgence, vous n’aviez eu aucun contrôle sur vos rendez-vous.
– Je suis tellement malheureux quand je fais attendre mes patients, a-t-il répondu, le visage contrit.
– Est-ce que je suis votre cardiologue ?, a-t-il enchaîné, en scrutant mon visage comme s’il y cherchait une réminiscence quelconque.
Je me suis éclatée de rire.
– Non, je suis une patiente du docteur Corbeil.
– Puisque vous vous maintenez à 3,5, m’a-t-il dit, pour en revenir à la raison pour laquelle j’étais assise devant lui, je vous laisse partir avec le même dosage. Et si vous êtes d’accord, vous revenez dans seulement dix jours.
– Wow !, c’est merveilleux, me suis-je exclamée.
Il a consulté le calendrier grand format collé sur le mur à côté de lui.
– Voyons voir, nous sommes le 24 juillet, ça vous ferait revenir le…
– En ce moment, docteur, vous regardez le mois d’octobre. Le mois d’août n’est pas en dessous de juillet, mais à côté.
– Vous allez vous faire une drôle d’opinion de moi, a-t-il bredouillé, tout en me confirmant que mon prochain contrôle serait le 2 août.
– En effet, ai-je rétorqué.
Il m’a regardée, comme je me levais, le visage un peu inquiet.
– Vous êtes sympathique, ai-je précisé.
Une infirmière était dans le bureau avec nous. Celle qui est trachéotomisée. L’ayant regardée et saluée sans ressentir de malaise, je me suis fait la réflexion que je prends du mieux. Bientôt, si mes visites s’avèrent de plus en plus espacées, je vais m’ennuyer de la grande famille de la cardiologie.

À propos de Badouz

Certains prononcent Badouze, mais je prononce Badou. C'est un surnom qui m'a été donné par un être cher, quand je vivais en France.
Cette entrée a été publiée dans RVM. Mettre ce permalien en signet.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s